21 research outputs found

    L’Asie du Sud-Est 2023 : bilan, enjeux et perspectives

    Get PDF
    Chaque année, l’Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine (IRASEC), basé à Bangkok, mobilise une vingtaine de chercheurs et d’experts pour mieux comprendre l’actualité régionale de ce carrefour économique, culturel et religieux, au cœur de l’Indo-Pacifique. Cette collection permet de suivre au fil des ans l’évolution des grands enjeux contemporains de cette région continentale et archipélagique de plus de 680 millions d’habitants, et d’en comprendre les dynamiques d’intégration régionale et de connectivités avec le reste du monde. L’Asie du Sud-Est 2023 propose une analyse synthétique et détaillée des principaux événements politiques et diplomatiques, ainsi que des évolutions économiques, sociales et environnementales de l’année 2022 dans chacun des onze pays de la région. Ce décryptage est complété pour chaque pays par un focus sur deux personnalités de l’année et une actualité marquante en image. L’ouvrage propose également cinq dossiers thématiques qui abordent des sujets traités à l’échelle régionale sud-est asiatique : les ressorts institutionnels de l’approche de santé intégrée One Health, le vieillissement de la population et sa prise en compte par les politiques publiques, les câbles sous-marins au cœur de la connectivité sud-est asiatique, l’aménagement du bassin du Mékong et ses multiples acteurs, et les enjeux politiques et linguistiques des langues transnationales. Des outils pratiques sont également disponibles : une fiche et une chronologie par pays et un cahier des principaux indicateurs démographiques, sociaux, économiques et environnementaux

    Malaysian Extraversion towards the Muslim World: Ideological Positioning for a “Mirror Effect”

    No full text
    Despite being ambitious, the solidarity expressed by Malaysia toward the global ummah has almost always remained tied to the strategic priorities of the country and been subject to non-religious factors. In this light, the changes throughout history in the Federation of Malaysia’s policies regarding Muslim minorities in Asian countries illustrate the variable external use of Islamic themes by Malaysian officials. In order for Malaysian governments to reconcile opposing positions whose configurations emphasize the ambiguities inherent to their actions, throughout history these governments have been obliged to continually re-evaluate their positions according to the relevant contingencies. For example, they have occasionally delegated to third parties the mission of conducting, under their close monitoring, projects that they had taken on with reservations. In addition, the strongly promoted claim by the United Malays National Organisation (UMNO, the leading Malay party of the governing coalition) – that it could offer a universal development model for Islamic society – has never really been convincing. This model has never been able to go beyond its initial local origins, which has greatly limited its ability to be replicated in other countries. However, beyond their opportunistic dimension (even if they are not without ideological aspects), Malaysia’s diplomatic positions toward the Muslim world are marked by different inspirations. They have also been guided by an underlying search for the legitimation and international recognition of the country’s broad domestic socio-political model, thereby appealing to a “mirror effect” to foster the reshaping of a postcolonial Malay identity within the frame¬work of globalisation

    Le développement de la finance islamique en Malaisie : l’histoire d’un volontarisme d’État

    No full text
    L’économie politique malaisienne intègre une dimension islamique très singulière, résultant du volontarisme de l’État, dont les ressorts sociaux et politiques (nationalisme, cohésion sociale, diplomatie) sont à souligner. Tout un pan de l’économie compatible avec la charia accompagne l’essor rapide du capitalisme en Malaisie - première puissance économique d’Asie du Sud-Est après Singapour - d’un point de vue à la fois matériel et éthique. En effet, son développement s’est accéléré depuis plus d’une vingtaine d’années de concert avec la finance islamique, secteur très internationalisé dans lequel la Malaisie représente le principal marché national et occupe une position d’expertise de premier plan à l’échelle mondiale. Cet article de sociologie du développement, faisant notamment écho à des inspirations de Max Weber, revient sur l’institutionnalisation politique de l’islam malaisien pour mettre en évidence son articulation, dans une visée conservatrice, avec l’expansion de la modernité capitaliste.The Malaysian political economy integrates a very singular Islamic dimension, resulting from the State voluntarism, whose social and political springs (nationalism, social cohesion, diplomacy) are noteworthy. An entire segment of the economy “compliant with the Syariah” accompanies the rapid growth of capitalism in Malaysia - the first economic power in Southeast Asia after Singapore - on both material and ethical fields. Indeed, its growth has accelerated for over twenty years in concert with Islamic finance, a highly internationalized sector in which Malaysia is the main domestic market and occupies a leading position of expertise worldwide. This article of sociology of development, including a perspective echoing Max Weber inspirations, discusses the political institutionalization of Malaysian Islam to highlight its articulation, in a conservative scheme, with the expansion of capitalistic modernity.La economía política en Malasia integra una dimensión islámica muy singular, resultante de un voluntarismo del Estado, cuyas bases sociales y políticas (nacionalismo, cohesión social, diplomacia) merecen destacarse. Todo un sector de la economía compatible con la « charia » acompaña el rápido crecimiento del capitalismo en Malasia –primera potencia económica de Asia del Sud-Este, después de Singapur- desde el punto de vista a la vez material y ético. En efecto, su desarrollo se aceleró desde hace una veintena de años de una manera concertada con la la finanza islámica, sector muy internacionalizado en el cual Malasia representa el principal mercado nacional y ocupa una posición de experticia de primer plano a la escala mundial. Este articulo de sociología del desarrollo, se hace eco particularmenmte de las inspiraciones de Max Weber, y vuelve a plantear el problema de la institucionalización política del Islam en Malasia, para poner en evidencia su articulación, con una visión conservadora, con la expansion de la modernidad capitalista

    Malaysian Extraversion towards the Muslim World: Ideological Positioning for a “Mirror Effect”

    No full text
    Despite being ambitious, the solidarity expressed by Malaysia toward the global ummah has almost always remained tied to the strategic priorities of the country and been subject to non-religious factors. In this light, the changes throughout history in the Federation of Malaysia’s policies regarding Muslim minorities in Asian countries illustrate the variable external use of Islamic themes by Malaysian officials. In order for Malaysian governments to reconcile opposing positions whose configurations emphasize the ambiguities inherent to their actions, throughout history these governments have been obliged to continually re-evaluate their positions according to the relevant contingencies. For example, they have occasionally delegated to third parties the mission of conducting, under their close monitoring, projects that they had taken on with reservations. In addition, the strongly promoted claim by the United Malays National Organisation (UMNO, the leading Malay party of the governing coalition) – that it could offer a universal development model for Islamic society – has never really been convincing. This model has never been able to go beyond its initial local origins, which has greatly limited its ability to be replicated in other countries. However, beyond their opportunistic dimension (even if they are not without ideological aspects), Malaysia’s diplomatic positions toward the Muslim world are marked by different inspirations. They have also been guided by an underlying search for the legitimation and international recognition of the country’s broad domestic socio-political model, thereby appealing to a “mirror effect” to foster the reshaping of a postcolonial Malay identity within the frame¬work of globalisation

    Malaysian Extraversion towards the Muslim World: Ideological Positioning for a “Mirror Effect”

    No full text
    Despite being ambitious, the solidarity expressed by Malaysia toward the global ummah has almost always remained tied to the strategic priorities of the country and been subject to non-religious factors. In this light, the changes throughout history in the Federation of Malaysia’s policies regarding Muslim minorities in Asian countries illustrate the variable external use of Islamic themes by Malaysian officials. In order for Malaysian governments to reconcile opposing positions whose configurations emphasize the ambiguities inherent to their actions, throughout history these governments have been obliged to continually re-evaluate their positions according to the relevant contingencies. For example, they have occasionally delegated to third parties the mission of conducting, under their close monitoring, projects that they had taken on with reservations. In addition, the strongly promoted claim by the United Malays National Organisation (UMNO, the leading Malay party of the governing coalition) – that it could offer a universal development model for Islamic society – has never really been convincing. This model has never been able to go beyond its initial local origins, which has greatly limited its ability to be replicated in other countries. However, beyond their opportunistic dimension (even if they are not without ideological aspects), Malaysia’s diplomatic positions toward the Muslim world are marked by different inspirations. They have also been guided by an underlying search for the legitimation and international recognition of the country’s broad domestic socio-political model, thereby appealing to a “mirror effect” to foster the reshaping of a postcolonial Malay identity within the frame¬work of globalisation

    État, société et religion en Malaisie (Sociologie historique des dynamiques de l'islam et de leurs implications dans le champ public)

    No full text
    La Malaisie, fédération aux multiples contrastes, était lors de son indépendance en 1957 à la recherche d'une cohérence interne et d'une visibilité internationale. L'existence d'un compromis constitutionnel entre ses communautés ethnolinguistiques, favorable aux Malais musulmans et majoritaires, lui a procuré la possibilité de satisfaire à cette double exigence en favorisant l'établissement d'un équilibre institutionnel viable. De même, sa fuite en avant dans le développement économique lui a permis de préserver dans la durée son unité de tensions centrifuges mortifères. Cependant l'islam a également contribué dans une certaine mesure à cette situation en jouant un rôle central dans le processus de construction nationale, malgré la nature éminemment plurielle de la société malaisienne où près de la moitié de la population n'est pas de confession musulmane. Il a aussi conféré aux dirigeants du pays un moyen d'assumer quelques prétentions extérieures. Pour différentes raisons, il s'est imposé progressivement comme une matrice identitaire, politique et socioculturelle, jusqu'à devenir en s'autonomisant un profond facteur de divisions ou un enjeu de rivalités. L'analyse des dynamiques du phénomène islamique malaisien, à la lumière de plusieurs disciplines académiques, souligne son caractère structurant de diverses aspirations et ses points de clivages. Loin de former une variable homogène dans l'émergence d'un alliage post-colonial stable en Malaisie, il a de nombreuses implications dans le champ public relevant de dimensions distinctes, mais néanmoins liées et croisées. Ces dernières peuvent être appréhendées ou mesurées dans leur complexité sous l'angle d'une sociologie historique de leurs logiques et de leurs acteurs. Cette approche est ainsi une opportunité de réfléchir sur les fondements originaux du modèle de formation d'un Etat multiculturel aux éléments constitutifs singuliers, et dont les ressorts montrent des limites riches en enseignements.PARIS1-BU Pierre Mendès-France (751132102) / SudocPARIS1-UFR11 Science politique (751052244) / SudocPARIS-CUJAS-BU Droit (751052119) / SudocSudocFranceF

    Les promoteurs chinois dans la production urbaine de la Malaisie

    No full text
    Depuis 1999 et le lancement de la stratégie nationale chinoise, dite « go global », les entreprises chinoises ont multiplié les investissements à l’étranger. Cependant, dans un premier temps, ces investissements se concentraient presque exclusivement dans l’exploitation des ressources naturelles et dans la construction d’infrastructures dans les pays en voie de développement. Ce n’est qu’au milieu des années 2000 qu’ils s’orientent également dans les secteurs des biens et des services, dont l..

    Enjeux maritimes

    No full text
    Que ce soit pour gérer les tensions en mer de Chine méridionale ou pour se préserver des ambitions de Pékin sur le détroit de Malacca, non seulement la Malaisie n’entre jamais en conflit direct avec la Chine, mais elle multiplie également les accords de coopération. Ces partenariats ne sont pas pour autant un renoncement à sa souveraineté. Et tout en adoptant systématiquement un profil très modéré, elle multiplie les alliances, au sein de l’Asean mais aussi avec les États‑Unis et le Japon, et..

    Splendeurs et misères du travail des diplomates

    No full text
    Les représentations communes à propos des diplomates et de leur travail sont ambivalentes. Héritiers de fonctions et de prédécesseurs dont les noms ont marqué l'histoire nationale, ils travaillent aux quatre coins du monde dans des lieux souvent remarquables choisis pour illustrer la grandeur de la France. Aux yeux de l'opinion, les emplois diplomatiques sont prestigieux. Dans le même temps, aussi bien dans la littérature que de la part des hommes politiques, les diplomates sont désignés par des stéréotypes ou des jugements souvent péjoratifs. Certains vont même jusqu'à penser que la survivance du métier est un " anachronisme " dans un monde où les relations entre gouvernants s'appuient sur des relations directes et où, de plus, la multiplication des acteurs intervenant dans le champ des relations internationales tend, au moins en apparence, à marginaliser le rôle des diplomates. Parce que leur activité s'effectue essentiellement dans les coulisses, la scène étant réservée aux politiques, leur travail est recouvert d'un " voile d'ignorance " favorisant les stéréotypes qui se construisent sur la partie la plus visible de leur activité dont " les réceptions de l'ambassadeur " sont l'archétype. Fruit d'une enquête conduite par une équipe de chercheurs pendant plus de trois ans auprès des diplomates travaillant aussi bien au Quai d'Orsay qu'à l'étranger, cet ouvrage explore la manière dont ils sont recrutés, leurs carrières plus ou moins brillantes, la nature de leur engagement, les différents mondes du travail au sein desquels se déploient leur activité, leurs conditions de travail et de vie souvent plus difficiles qu'on ne le pense et parfois même dangereuses, la multiplicité et la diversité des tâches auxquels ils sont confrontés. La première partie de l'ouvrage décrit et analyse le travail des diplomates dans son contexte institutionnel et organisationnel alors que la seconde explore les grandes fonctions qui sont au cœur de leurs missions : représenter, informer, négocier, assister et protéger. De cet ensemble, on peut retenir quelques grands traits qui caractérisent leur travail en soulignant au préalable l'importance de la diversité des contextes dans lequel se déroule l'activité selon qu'il s'agit de l'administration centrale, d'ambassades de taille et d'importance diverses éventuellement situées dans des contextes plus ou moins hostiles ou encore de représentations permanentes auprès de grands organismes internationaux qui, elles-mêmes, sont tributaires du prestige ou de l'importance accordée à ces institutions. L'accès au métier, très sélectif, fait du Ministère des Affaires Étrangères un ministère de " matière grise ". L'Annuaire diplomatique rend compte de l'impressionnant cursus de ses agents mais les entretiens révèlent aussi que leur choix se fonde, pour la plupart d'entre eux, sur une véritable vocation, celle-ci trouvant à s'accomplir plus ou moins bien selon la carrière en grande partie façonnée par l'institution et les contraintes qu'elle impose à ses membres. L'enquête révèle en effet l'existence en son sein de filières relativement étanches dont l'accès est en grande partie déterminé par la nature des concours passés (ENA ou concours spécifiques au MAEE) qui elle-même oriente les premières affectations. Ces filières sont hiérarchisées selon une échelle de prestige qui tend à privilégier certaines fonctions au détriment d'autres (la négociation, l'analyse politique plutôt que la protection des nationaux ou la gestion...) et donc les postes où s'exercent en priorité ces fonctions (les représentations multilatérales auprès de l'UE ou de l'ONU ou les très grandes ambassades pour les plus prestigieuses), les postes consulaires pour les moins prisés. Si l'accès au métier passe par le filtre de concours exigeant une vaste culture générale ou spécialisée sur une ère géographique, son apprentissage est progressif, dépend des postes successifs occupés et de la qualité de l'encadrement hiérarchique. Les choix des postes et des mobilités constituent donc des enjeux de carrière majeurs pour lesquels certains disposent de plus d'atouts que d'autres. Les contraintes de la mobilité géographique, bien connue lors du choix de la carrière, peuvent enfin se révéler lourdes de conséquences sur la carrière du conjoint, l'éducation des enfants ou les conditions de vie dans des contextes parfois hostiles. La variété des tâches prises en charge par les diplomates est considérable et les activités sont pluri dimensionnelles impliquant un fort engagement cognitif et émotionnel. Le travail des diplomates porte le plus souvent sur des situations complexes, instables et qui " ne sont pas entièrement connaissables ". Les propositions d'action qu'ils sont amenés à faire doivent prendre en compte le fruit d'une histoire et l'anticipation d'un futur. Même si l'orthodoxie républicaine impute au pouvoir politique la seule responsabilité de la politique étrangère, il est manifeste que les diplomates ne se contentent pas d'en être les exécutants plus ou moins talentueux, ils participent directement à sa conception. Au-delà des fonctions variées qu'ils sont amenés à exercer et qui exigent des connaissances étendues et précises, le métier dans sa plénitude est aussi un art qui repose sur " un savoir faire curial " impliquant l'observation et la compréhension de l'autre tout en contrôlant et maîtrisant ses propres affects et attitudes. Le fonctionnement du ministère et l'organisation du travail des diplomates sont paradoxaux. Aussi bien à l'administration centrale que dans les ambassades (où les diplomates sont minoritaires) le pouvoir de la hiérarchie est prégnant, celui du directeur ou de l'ambassadeur fort. La division du travail s'efface cependant lorsque la mission à accomplir exige la mobilisation de tous. Les moins gradés dont le travail est soumis à l'aval de la hiérarchie ne manquent cependant pas d'autonomie et d'un certain pouvoir d'initiative alors que les ambassadeurs eux-mêmes, qui jouissent d'une autorité locale importante, sont soumis, surtout dans les postes les plus stratégiques, aux consignes envoyées par les bureaux et à un compte rendu régulier de leur activité via les télégrammes diplomatiques. Les mandats de négociation, les actions engagées sont toujours le fruit d'une élaboration et d'un travail collectif. Avant même que ces notions n'acquièrent une certaine notoriété en matière de management, le travail en réseau et sur missions sont des pratiques courantes et anciennes au sein du ministère. Les membres de ce ministère (petit par la taille de ses effectifs et la part qu'il représente dans le budget de l'État) ont conscience de leurs qualités qui rend parfois la collaboration difficile avec les fonctionnaires détachés d'autres ministères et les agents recrutés localement, au risque de créer une sorte de " paroisse " ou prévalent les rumeurs et la surveillance réciproque des carrières. Ce sont aussi dans des contextes géographiques difficiles - ils ne manquent pas - et dans des situations de crise que se révèlent des solidarités et des actes de courage remarquables qui caractérisent aussi le travail des diplomates, la dimension la plus occultée de leur travail

    Investissements stratégiques en des lieux périphériques : Kuantan et Sokor

    No full text
    Pour compléter l’analyse des investissements chinois en Malaisie, nous poursuivrons l’exploration des tendances générales développées dans le chapitre précédent par l’étude de mises en œuvre précises et concrètes des activités productives chinoises les plus importantes et représentatives sur le territoire malaisien. On montrera que ces projets apparaissent comme totalement structurants à l’échelle des territoires (Pahang, Kelantan) dans lesquels ils s’inscrivent. Mais certaines réserves peuve..
    corecore