Location of Repository

Généricité et (in)définitude. Une analyse dans la théorie de l'optimalité

By Henriëtte de Swart and D.F. Farkas

Abstract

Depuis la thèse de Greg Carlson, publiée en 1980, les pluriels nus ont été le point de\ud départ d’un grand nombre d’études portant sur la généricité. Cependant, les\ud romanistes se rendent bien compte du fait que les pluriels nus sont soit pratiquement\ud inexistants (en français d’aujourd’hui), soit inaptes à l’expression de la généricité (en\ud italien, en espagnol, en roumain, etc.). On constate que, dans les langues romanes, la\ud généralisation sur les individus ou la référence à l’espèce s’exprime principalement au\ud moyen de pluriels définis. Cette observation soulève bien des questions. Cet emploi\ud de l’article défini constitue-t-il une particularité des langues romanes? Y-a-t-il une\ud différence de sens entre les pluriels nus de l’anglais et des langues germaniques d’une\ud part et les pluriels définis des langues romanes (et autres) dans les contextes\ud génériques? Qu’est-ce qui gouverne le choix de l’article utilisé dans les phrases\ud génériques à travers les langues? Ces questions n’ont guère été examinées dans la\ud littérature sur la généricité. Dans cet article, nous proposons une réponse dans le cadre\ud de la théorie de l’optimalité

Topics: Letteren
Publisher: Presses Universitaires de Vincennes
Year: 2005
OAI identifier: oai:dspace.library.uu.nl:1874/24941
Download PDF:
Sorry, we are unable to provide the full text but you may find it at the following location(s):
  • http://dspace.library.uu.nl:80... (external link)
  • Suggested articles


    To submit an update or takedown request for this paper, please submit an Update/Correction/Removal Request.