Les nombres (lexique et grammaire)

Abstract

La recherche porte sur l'inscription du cardinal dans le système morphologique constructionnel du français et conduit à fonder une classe sui generis pour rendre compte des spécificités sémantiques, syntaxiques et constructionnelles du cardinal. En effet, l'étude met au jour une contradiction entre les analyses qui sont habituellement faites des cardinaux et le cadre théorique de la morphologie lexématique : d'une part les cardinaux, majoritairement analysés comme des déterminants, sont la base de suffixés (les ordinaux, et d'autres séries plus ou moins déféctives) ; d'autre part, on prédit que seuls les lexèmes appartenant aux catégories majeures (N,V, A, Adv) peuvent constituer des bases pour la dérivation, à l'exclusion des mots grammaticaux. A partir de la mise en évidence de ce paradoxe, la recherche consiste à établir un corpus des suffixés sur base CARD et à réinterroger la catégorisation des cardinaux telle qu'on la trouve dans les grammaires et les monographies sur les déterminants. Sont réinterrogés aussi les critères qui président à la répartition des unités linguistiques entre mots lexicaux et mots grammaticaux . On montre ainsi que les propriétés sémantiques, morphologiques et syntaxiques des cardinaux les situent plutôt dans l'ensemble des mots lexicaux (ou lexèmes). Mais, ils n'en sont pas pour autant des N ou des A. Au vu des ces difficultés de catégorisation, on cherche à constituer une classe CARD telle qu'elle puisse rendre compte des propriétés différentielles des cardinaux. Trois études centrées sur la morphologie constructionnelle des cardinaux (la suffixation en -A1N, quatrain..., douzaine..., la suffixation en -IEME (les ordinaux deuxième, troisième... ) et la sémantique lexicale des dits préfixés (bimensuel, triacide... ) montrent les spécificités du système constructionnel CARD, et servent ainsi à étayer l'hypothèse d'une catégorie sui generis.This work researches how cardinal numerals operate in the constructional morphological system of the French language and shows how they should be regarded as forming a sui generis' class of their own in order to account for their semantic, syntactic and constructional specificities. There is a contradiction between linguistic data and the theoretical framework of lexematic morphology. On the one hand, cardinal numerals, in most cases regarded as determiners, are the basis of suffixed words like ordinal numerals and other somewhat defective series. On the other hand, theory has it that only those lexemes belonging to the major N,V,A and Adv categories can be used as a basis for derivation , excluding all grammatical words. Alter exposing the paradox the study focuses on establishing a corpus of all the CARD based suffixed words and questions the categorization of cardinal numerals that can be found in grammar books or essaya about determiners. Also questioned are the criteria used to draw the limits between the so called lexical' words' and grammatical' words. With their semantic, morphological and syntactic properties cardinal numerals look as if they belong to the group of lexical words (or lexemes). But that does not make them either N or A. In view of the Jack of clear categories the study aima at defining a CARD class that could account for the differential properties of cardinal numerals. Focusing on 3 types of constructional morphology (AIN suffixation as in quatrain... douzaine/-IEME suffixation for ordinal numerals as in deuxieme, troisieme.... )lthe lexical semantics of 'prefixed words' such as bimensuel' or triacide'...) shows the specificity of the CARD constructional system and confirma the hypothesis of a separate category.NANTERRE-BU PARIS10 (920502102) / SudocSudocFranceF

    Similar works

    Full text

    thumbnail-image

    Available Versions

    Last time updated on 14/06/2016