Filtres à l'entrée et tests de prérequis pour les étudiants dans l'enseignement supérieur:une aide à la réussite ?

Abstract

Les filtres à l’entrée à l’université restent un sujet clivant et relativement sensible en Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB). Certains les appellent de leurs vœux alors que d’autres y sont totalement réfractaires. La présente contribution vise à dresser un état des lieux général sur cette probléma- tique. Dans un premier temps, nous intro- duirons la problématique et la manière dont elle se présente en lien avec quelques par- ticularités de notre système éducatif. Dans un deuxième temps, nous réaliserons un cadastre des filtres à l’entrée de notre enseignement supérieur. Dans un troisième temps, nous présenterons un relevé de la littérature, portant sur les divers instru- ments de sélection utilisés lors de la sélec- tion des futurs médecins à travers le monde. Nous livrerons une analyse de leurs forces, mais également de leurs faiblesses rela- tives. Enfin, nous présenterons une étude portant sur le projet « Passeport pour le Bac» mis en place par l’Université de Namur. Nous tenterons d’analyser dans quelle mesure ce dispositif de tests en début de cursus permet de prédire la réus- site et/ou l’échec des étudiants. Notre conclusion, supportée par ces analyses, est qu’un test de prérequis bien calibré, dia- gnostique et précoce permettrait d’identi- fier une population dont les probabilités de réussite sont faibles et qui pourrait ainsi être réorientée ou faire l’objet d’une attention soutenue en début d’année pour lui per- mettre d’atteindre rapidement une maîtrise minimale des prérequis qui lui manquent

    Similar works