65 research outputs found

    La langue faible (l’anglais) chez un enfant bilingue anglais-français

    Get PDF
    Cette étude de cas souligne le rôle de la production dans le développement de la langue faible chez un enfant bilingue français-anglais. En dépit du fait que l’enfant était exposé aux deux langues depuis la naissance, le français est très dominant dans la production. Lors d’un séjour de deux mois en pays anglophone, l’anglais se développe rapidement. Nous retraçons en particulier l’évolution de la forme AUX V-ing qui montre une trajectoire très différente de celle des enfants monolingues anglophones. Nous attribuons le développement atypique à l’influence du français, la langue dominante.Cette étude de cas souligne le rôle de la production dans le développement de la langue faible chez un enfant bilingue français-anglais. En dépit du fait que l’enfant était exposé aux deux langues depuis la naissance, le français est très dominant dans la production. Lors d’un séjour de deux mois en pays anglophone, l’anglais se développe rapidement. Nous retraçons en particulier l’évolution de la forme AUX V-ing qui montre une trajectoire très différente de celle des enfants monolingues anglophones. Nous attribuons le développement atypique à l’influence du français, la langue dominante

    L’utilisation du morphème BE en anglais langue faible

    Get PDF
    Cet article examine la construction d’un aspect du système temporel chez un enfant bilingue pendant une période de développement rapide d’une de ses langues, l’anglais. Comme chez beaucoup d’enfants bilingues, on constate un déséquilibre très important entre ses deux langues, l’anglais et le français, avec le français en position de langue nettement dominante en production. A l’âge de 3;6, lors d’un séjour de deux mois en pays anglophone, l’anglais progresse de façon spectaculaire. Le travail présenté ici retrace l’évolution de l’auxiliaire BE (être), dont la trajectoire développementale diverge sensiblement de celle d’un enfant anglophone. Trois hypothèses sont envisagées. Parmi elles, l’hypothèse sémantique et l’hypothèse du contraste temporel pourraient rendre compte partiellement de la trajectoire développementale. Toutefois, on ne peut exclure la possibilité d’un transfert de la langue dominante.This article presents a case study of a young bilingual child’s acquisition of temporality in her weak language, English. This child presents an extreme case of language dominance, with French being very dominant in the child’s production until 3;6 when she spent two months in an English-speaking country. The question addressed is : does this child’s English temporal encoding system develop as reported for many English-speaking monolingual children 7 The answer to this question is no : unlike many monolingual children, this child uses auxiliaries very precociously to encode temporal distinctions. Three hypotheses are examined. Two of these, a semantic hypothesis and a temporal contrast hypothesis, seem to work together to explain the child’s development. However, the possiblity of a transfer of knowledge from her strong language, French, cannot be excluded

    Quelques sources de variation chez les enfants

    Get PDF
    Les développements récents de la recherche remettent en question l’hypothèse selon laquelle les enfants acquièrent le langage de la même façon. Cet article passe d’abord en revue les travaux récents sur la variation dans l’acquisition de la L1. Il soutient l’idée que les solutions apportées par les enfants au problème de l’acquisition ne suivent pas des trajectoires identiques. Ceci conduit à envisager plusieurs sources à la variation : ce qui est perçu comme saillant selon les enfants ; la structure morpho-syntaxique propre à la langue ; le style maternel ; les données auxquelles les enfants sont exposées selon les cultures. Cette multiplicité de facteurs de variabilité impose de construire une théorie du développement d’un point de vue interdisciplinaire.Recent research has brought into question the hypothesis that all children acquire language in the same way. This paper begins with a review of current research on variation in child language acquisition. It is argued that all children do not resolve the language learning problem following the same developmental trajectory. Subsequently, the paper turns to a consideration of different sources for the observed variation: what individual children consider salient; language specific morphosyntactic structure; maternal language; input directed to children in different cultures. Given such a wide range of possible explanations for variation in children learning language, an adequate theory of language development requires an interdisciplinary approach

    Reviewing some similarities and differences in L1 and L2 lexical development

    Get PDF
    This paper reviews the literature on similarities and differences between first and second language lexical acquisition. After a brief discussion of differences in input, we go on to early lexical development, considering both the speed of acquisition as well as possible reasons for more efficient lexical learning in first language acquisition as compared to second language acquisition. We discuss the role of phonological representations in facilitating the extraction of units from incoming speech. We continue with a discussion of unanalysed units, arguing that their role as a stepping stone into language is much the same in first and second language acquisition. Finally, we review methods for investigating the first and second language lexicons.Cet article passe en revue des travaux sur l’acquisition du lexique d’une langue première et d’une langue seconde afin de mettre en évidence ce qui les rapproche et ce qui les distingue. Après une brève discussion des différences concernant l’input, nous abordons les premiers stades du développement lexical en considérant à la fois les différences de rythmes d’acquisition ainsi que les raisons qui pourraient rendre compte d’un développement plus efficace en L1 qu’en L2. Nous discutons le statut des représentations phonologiques et le rôle qu’elles jouent dans l’extraction des unités dans le flux de parole. Ensuite nous abordons la question des unités non analysées qui nous -semblent jouer le même rôle de ‘porte d’entrée’ dans la langue en L1 comme en L2. Nous récapitulons enfin les méthodes qui permettent d’évaluer le lexique en L1 et L2

    Impact du discours adressé à l’enfant sur l’acquisition des verbes en français

    Get PDF
    Bien que l’argument de la pauvreté du stimulus (Chomsky, 1965) ait clairement mis en question le discours adressé à l’enfant comme source d’acquisition du langage, des études ont mis en évidence ses spécificités et relancent la question des caractéristiques du discours adressé à l’enfant comme facteurs d’acquisition du langage. Ces dernières années, l’impact des caractéristiques spécifiques aux langues dans l’input maternel a été l’objet de nombreuses recherches (Sampson, 1989 ; Goldberg, 199..

    Reviewing some similarities and differences in L1 and L2 lexical development

    Get PDF
    This paper reviews the literature on similarities and differences between first and second language lexical acquisition. After a brief discussion of differences in input, we go on to early lexical development, considering both the speed of acquisition as well as possible reasons for more efficient lexical learning in first language acquisition as compared to second language acquisition. We discuss the role of phonological representations in facilitating the extraction of units from incoming speech. We continue with a discussion of unanalysed units, arguing that their role as a stepping stone into language is much the same in first and second language acquisition. Finally, we review methods for investigating the first and second language lexicons.Cet article passe en revue des travaux sur l’acquisition du lexique d’une langue première et d’une langue seconde afin de mettre en évidence ce qui les rapproche et ce qui les distingue. Après une brève discussion des différences concernant l’input, nous abordons les premiers stades du développement lexical en considérant à la fois les différences de rythmes d’acquisition ainsi que les raisons qui pourraient rendre compte d’un développement plus efficace en L1 qu’en L2. Nous discutons le statut des représentations phonologiques et le rôle qu’elles jouent dans l’extraction des unités dans le flux de parole. Ensuite nous abordons la question des unités non analysées qui nous -semblent jouer le même rôle de ‘porte d’entrée’ dans la langue en L1 comme en L2. Nous récapitulons enfin les méthodes qui permettent d’évaluer le lexique en L1 et L2

    Utilisation des outils cohésifs comme indice de sensibilité au registre : une étude développementale

    Get PDF
    Cette étude explore l’utilisation de la subordination non fléchie comme moyen de cohésion syntaxique dans des textes écrits et oraux produits par des enfants et des adultes. Le choix de cette structure particulière comme objet d’étude a été motivé par le fait qu’elle est réputée être acquise tardivement, et qu’elle est associée à des variétés formelles du français. Les résultats révèlent que la subordination non fléchie considérée comme indice de différenciation entre français parlé et français écrit n’est pas effective avant l’âge adulte. L’ordre de passation s’avère, chez les enfants, être un facteur beaucoup plus décisif dans l’utilisation de ce trait : chez les enfants, les textes produits dans l’ordre écrit puis oral manifestent un taux d’utilisation de subordination non fléchie significativement plus élevé, quel que soit le mode de production (oral ou écrit). Ces résultats suggèrent que l’étude du développement de la syntaxe chez l’enfant ne peut ignorer à quel point les performances peuvent varier en fonction du contexte de production, ni ignorer le développement de la connaissance de l’enfant sur l’adaptation de son langage au contexte.This study investigates the use of non-finite subordination as a means of syntactic cohesion in spoken and written texts collected from French-speaking children and adults. This particular structure was selected because it is a late acquisition and is more frequent in formal varieties of French. Results reveal that differentiation between spoken and written French, measured by the use of non-finite subordination, is stable only in adult subjects. Children’s production of non-finite subordination is influenced by the order of production. Those children who produced written texts before spoken texts show a significantly higher rate in the use of non-finite subordination in both their written and their spoken texts. We conclude that the study of children’s developing syntax should take seriously into account how performance varies as a function of the production context and of children’s increasing knowledge of register appropriateness

    L’acquisition du langage

    No full text
    L’acquisition du langage est une étape majeure de la vie des enfants. Partout dans le monde, tout enfant apprenant à parler doit se construire, pendant la petite enfance, par lui-même et pour lui-même, ses propres connaissances de la langue afin d’être à même de communiquer. La relation entre les aspects universels de ce processus d’acquisition et les aspects spécifiques d’une langue et d’une culture données est au centre des recherches sur le langage des enfants. Tous les enfants ont accès à un flux continu de paroles comme facteur d’apprentissage d’une langue. Je décris d’abord ici les caractéristiques de ce signal continu, en portant une attention particulière aux différences transculturelles dans les discours adressés par les adultes aux enfants. Puis j’aborde la manière dont les enfants acquérant différents langages segmentent en unités significatives le flux du discours. Enfin, je m’intéresse à la relation entre les développements conceptuel et linguistique. L’acquisition du langage structure fortement l’appartenance à une communauté humaine.Acquiring language: What children teach us about peopleDeveloping the ability to use language is a milestone in every child’s life. All normally developing children who are acquiring language construct their own linguistic knowledge in order be become engaged in the very human necessity to communicate. A major issue in language research among children concerns the relationship between universal aspects in the process of language-acquisition and the aspects specific to a language and culture. All children have access to an ongoing stream of speech as input to language learning. This continuous signal is described, with special attention being given to crosscultural differences in how adults talk to children. Attention is then turned to how children acquiring different languages, segment the speech stream into meaningful units. Although all languages are equally expressive, grammars capture meaning differently. The relationship between conceptual and language development is then addressed. Language-learning strongly shapes how a child becomes a member of society
    • …
    corecore