115 research outputs found

    Pfulgriesheim – Lotissement communal, lieux-dits Langgarten et Buetzel

    Get PDF
    Identifiant de l'opération archéologique : Date de l'opération : 2001 (SU) Un projet de lotissement sur la commune de Pfulgriesheim a donné lieu à une opération de sauvetage réalisée par l'AFAN en février 2001. Le site est implanté sur un versant de colline dominant le village, celui-ci étant traversé par un affluent de la Souffel, le Leisbach. Le dénivelé du terrain est important, l'altitude variant de 158 à 161 m sur une distance de 30 à 37 m. En conséquence, la forte érosion n'a pas t..

    Économies et société des populations rubanées de la vallée de l’Aisne

    Get PDF
    Le projet collectif de recherche, initié en 2007, vise à proposer un premier niveau de synthèse et de modélisation du fonctionnement socio-économique des populations du Néolithique ancien de la vallée de l’Aisne. Ce projet triennal se fonde sur les données accumulées depuis 30 ans sur une quinzaine de sites rubanés fouillés dans le cadre d’un programme pluri-institutionnel sur près de 80 km le long de l’Aisne. Il inclut ainsi le matériel lithique, céramique et faunique des 15 sites rubanés ay..

    Gurgy (Yonne). Le Nouzeau, Néron

    No full text
    Le site de Gurgy « Le Nouzeau » se trouve sur la rive droite de l’Yonne, au fond de la vallée. Un diagnostic y a été réalisé sur 9 ha. Le gisement archéologique se caractérise principalement par deux enceintes néolithiques, déjà connues par la prospection aérienne, et par diverses fosses protohistoriques et médiévales. Les témoins du Moyen Âge, mis au jour à une cinquantaine de mètres de l’Yonne, sont représentés par deux fosses, distantes d’une soixantaine de mètres, et plusieurs trous de p..

    Chronologie de la céramique rubanée dans le Sud-Est du Bassin parisien

    No full text
    The Rubané récent du Bassin parisien (RRBP) sequence has until now been defined and characterized particularly in the Aisne valley. As a result, the modalities of the Bandkeramik neolithisation of the south-east Paris basin have remained unclear for some time. While the Yonne valley sites of Armeau, Chaumont and Cheny were attributed on their discovery to the RRBP (Bailloud, 1974), their chronological position was later questioned due to the clear presence of traits classically attributed to the Villeneuve-Saint-Germain culture (VSG), such as modelled decoration (Constantin, 1985 ; Duhamel, 1991). Consequently, there have long been two conflicting hypotheses : the colonisation of the south-east Paris basin could be envisaged as originating either directly from the Alsace Bandkeramik (Duhamel and Prestreau, 1988), or from Bandkeramik groups already settled further north in the Paris basin, during the final stage of the RRBP (Constantin and Ilett, 1997). In the south-east Paris basin, the Bandkeramik pottery evidence has recently been updated, comprehensively analysed and reviewed (Meunier, 2012a). The Seine-Yonne region, which is located on the borders of several cultural zones and presents a different configuration from the Aisne valley, is open to other paths of influence. The region thus provides some new leads for exploring chronological trends in intercultural relations. The pottery data were integrated into a sequence covering the whole of the early Neolithic of the Seine-Yonne region and centred on the RRBP-VSG transition. The RRBP pottery comes from five sites in the Bassée and the north Yonne valley. On the basis of 275 decorated vessels, including all techniques, two stages were identified. This is now the second best documented Bandkeramik sequence in the Paris basin and can be synchronised with the second half of the Aisne valley RRBP sequence. This article thus proposes to describe the main features of these two stages. Stage 1 is distinguished notably by the presence of motifs combining incised lines and bands of impressions made with combs with two or three teeth, often used in separate impression. In stage 2, these motifs have almost completely disappeared to the advantage of motifs with triangles and incised bands filled with hatching, often making up extensive decoration patterns. At the same time, this stage sees not only a clear decrease in combs used in separate impression but also the introduction of combs with five to seven teeth. The aim is then to compare this evidence with the Aisne valley Bandkeramik sequence. Despite the difference in the size of the currently available pottery assemblages between the north and south of the Paris basin, comparable trends in the RRBP were identified, enabling RRBP Seine-Yonne stage 1 to be synchronised with RRBP Aisne stage 2, and RRBP Seine-Yonne stage 2 with Aisne RRBP stages 3-4. However, there are some differences between the north and the south of the Paris basin. The interpretations are diverse and can affect our conception of RRBP chronology. Some variations show the complexity of processes underlying the formation of the RRBP, with the presence of decoration clearly related to Bandkeramik styles in upper Alsace, lower Alsace or the middle Moselle. Furthermore, at the end of the RRBP, there is a north-south divide which involves decoration traits considered to be chronologically pertinent for the RRBP sequence : the number of comb teeth and the relative frequency of incised line/ impressed band motifs and triangle/ band motifs filled with hatching. The divide can be interpreted in terms of conservative or innovative styles in each region and this also underlines the difficulty of separating regional differences from chronological trends. These observations on the diversity of the RRBP lead us to modify the chronological importance of some attributes in the distinction of a final RRBP stage, depending on the region under study. Combined with the analysis of the assemblage from Juvigny (Marne), this now makes it possible to re-assess the chronological attributions of several sites located east of the Seine-Yonne confluence, distributed along the Seine and as far as the Marne valley : Pont-sur-Seine ‘ la Gravière’ (Aube), Lesmont ‘ les Graveries’ (Aube), and Saint-Dizier ‘ le Toupot Millot’ (Haute-Marne). These sites with small pottery assemblages are difficult to link to a precise RRBP stage and had often been attributed to the end of the RRBP on the basis of a single attribute, the band filled with hatching. Yet there are no examples of pivoting comb impression on the three sites. In contrast, the recurrent association of bands filled with hatching and decoration with two or three toothed combs used in separate impression suggests we could be dealing here with an early RRBP stage or even a transitional stage between the Champagne late Bandkeramik and the RRBP. The discovery of larger pottery assemblages in the Seine and Marne valleys would enable this hypothesis to be more fully discussed.La séquence du Rubané récent du Bassin parisien (RRBP) a jusqu’à présent été définie et caractérisée surtout dans la vallée de l’Aisne. En conséquence, les modalités de la néolithisation rubanée du Sud-Est du Bassin parisien sont longtemps restées méconnues. Pourtant, dans les vallées de la Seine et de l’Yonne, de nombreux sites témoignent d’occupations du RRBP. Cette région, située aux confins de plusieurs aires culturelles, et de configuration différente de la vallée de l’Aisne, présente une ouverture sur d’autres voies d’influences, apportant de nouvelles pistes sur l’évolution chronologique des liens interculturels. Ces dernières années, les séries céramiques ont ainsi fait l’objet d’une réactualisation et d’une synthèse. Les données étudiées proviennent de cinq sites de la Bassée et du Nord de la vallée de l’Yonne. À partir de 275 individus décorés, toutes techniques confondues, deux étapes ont été définies. Elles constituent à ce jour la seconde séquence rubanée la mieux documentée du Bassin parisien et peuvent aujourd’hui être synchronisées avec la seconde moitié de la séquence RRBP de la vallée de l’Aisne. Cet article propose donc de présenter comment les deux étapes ont été caractérisées, dans le cadre d’une séquence embrassant l’ensemble du Néolithique ancien de la région Seine-Yonne et centrée sur la transition entre le RRBP et la culture de Villeneuve-Saint-Germain (VSG). Malgré le déséquilibre d’effectifs entre les séries céramiques du Nord et du Sud du Bassin parisien, ces deux étapes permettent des comparaisons et une synchronisation avec une partie de la séquence rubanée de la vallée de l’Aisne, mettant en évidence un fonds commun au RRBP, mais également, un certain nombre de variations dont les interprétations restent diverses. Celles-ci peuvent avoir une influence sur la conception que nous avons de la chronologie du RRBP. Elles montrent d’une part la complexité des processus de formation du style décoratif RRBP par la pluralité de ses origines, avec la présence de plusieurs décors faisant clairement référence à des styles rubanés de haute Alsace, de basse Alsace ou de moyenne Moselle. D’autre part, il est souvent difficile de bien distinguer les variations régionales de l’évolution chronologique. En effet, à l’étape finale du RRBP, un clivage nord-sud concernant à la fois le nombre de dents des peignes et les proportions entre les motifs de lignes / bandes et les motifs de triangles et rubans hachurés nous conduit à nuancer l’importance de certains critères chronologiques en fonction de la région étudiée. En s’appuyant sur ce constat, la périodisation du RRBP de la région Seine-Yonne, ajoutée à la caractérisation du corpus de Juvigny, permet de reposer des hypothèses sur la chronologie de plusieurs séries issues de sites localisés à l’est de la confluence Seine-Yonne, dispersés de la vallée de la Seine jusque dans la vallée de la Marne. En effet, ces séries céramiques à effectif très faible avaient été attribuées soit à l’étape finale du RRBP à partir d’un seul type de critère, soit au RRBP sans pouvoir préciser une étape moyenne ou finale. Aujourd’hui, on peut envisager une datation plus ancienne de ces ensembles, qui serait plus en lien avec le Rubané récent champenois.Meunier Katia. Chronologie de la céramique rubanée dans le Sud-Est du Bassin parisien. In: Bulletin de la Société préhistorique française, tome 110, n°3, 2013. pp. 447-462

    K. Meunier (2009) – La céramique du Néolithique ancien dans le sud-est du Bassin parisien

    No full text
    Meunier Katia. K. Meunier (2009) – La céramique du Néolithique ancien dans le sud-est du Bassin parisien. In: Bulletin de la Société préhistorique française, tome 107, n°4, 2010. pp. 772-774

    Pfulgriesheim (Bas-Rhin) : un dépôt de vases du groupe d'Entzheim

    No full text
    Meunier Katia. Pfulgriesheim (Bas-Rhin) : un dépôt de vases du groupe d'Entzheim. In: Bulletin de la Société préhistorique française, tome 99, n°2, 2002. pp. 373-374

    La céramique Villeneuve-Saint-Germain de Barbey "le Chemin de Montereau" (Seine-et-Marne) : entre normes et variations stylistiques

    No full text
    The site of Barbey "le Chemin de Montereau", located in the Seine-Yonne confluence zone, comprises remains of four habitation units, dated to the Villeneuve-Saint-Germain group. This study sets out to examine the spatial variation of groups of decorated pottery, and the variation in decoration techniques, motifs and organization within these groups. The norms and differences which emerge show the homogeneity of the corpus in the northern part of the site, as well as a slight demarcation of the southern unit, which is difficult to interpret: spatial or chronological variation ? The study of spatial variability is then widened to include two further levels of analysis. At the microregional level, comparisons with pottery from sites near Barbey lead to a review of local chronology. Then, at a regional level, the confrontation of the site with the périodisation of the Villeneuve-Saint-Germain group underlines the importance of regional stylistic variation, fundamental in understanding the development of this group. This variation involves not only the representation of the different groups of decorated pottery, but also the way in which the decoration themes are structured.Le site de Barbey "le Chemin de Montereau ", implanté dans la zone de confluence de la Seine et de l'Yonne, comporte les vestiges de quatre unités d'habitation, datées du groupe de Villeneuve-Saint-Germain. L'étude de la céramique proposée ici s'applique à mettre en évidence les variations spatiales de la représentation de chaque groupe de vases décorés, et à l'intérieur de ceux-ci, les variations des techniques de décor, des motifs et de leur organisation. Les normes et les variations qui s 'en dégagent montrent l'homogénéité du corpus à travers la partie nord du site, ainsi qu 'une discrète démarcation de l'unité sud, délicate à interpréter : variation spatiale ou chronologique ? L'approche de la variabilité spatiale s 'élargit ensuite à deux autres niveaux d'analyse. À l'échelle microrégionale, des comparaisons avec la céramique de quelques sites proches de Barbey permettront d'exposer des éléments de chronologie locale. Puis, à l 'échelle régionale, la confrontation du site avec la périodisation du groupe de Villeneuve-Saint-Germain conduira à montrer l'importance des variations stylistiques régionales, fondamentales pour la compréhension de l'évolution de ce groupe. Ces variations se manifestent autant du point de vue de la représentation des différents groupes de vases décorés que de la structuration des thèmes décoratifs.Meunier Katia. La céramique Villeneuve-Saint-Germain de Barbey "le Chemin de Montereau" (Seine-et-Marne) : entre normes et variations stylistiques. In: Bulletin de la Société préhistorique française, tome 100, n°1, 2003. pp. 85-99

    La céramique de Juvigny « les Grands Traquiers » (Marne) et le Rubané récent champenois

    No full text
    The settlement at Juvigny ‘ les Grands Traquiers’ (Marne), located a few kilometres from Châlons-en-Champagne, produced a large assemblage of pottery and is still the main reference for the Champagne late Bandkeramik. It is a key site for understanding the Bandkeramik neolithisation of the Paris basin, as it provides a link between the Rubané récent du Bassin parisien (RRBP) and the late Bandkeramik of upper Alsace in particular. Excavated by É. Tappret in 1985, the site of Juvigny has remained largely unpublished. Some of the pottery finds were published by É. Tappret and A. Villes in 1996, as part of a regional synthesis on the early Neolithic in the Champagne region, but no quantitative data were provided. Since then, the decorated fine pottery has become a major reference. Counts of some decoration attributes have been made by P. Lefranc, leading to the elaboration of a number of hypotheses on synchronisation with the upper Alsace late Bandkeramik and the Lorraine Bandkeramik, as well as on the chronological relationship with the RRBP. Nevertheless, while it is generally accepted today that Juvigny is earlier than the beginning of the RRBP, the questions of the chronological development of the Champagne late Bandkeramik and its precise links with the RRBP remain open. Furthermore, the pottery from Juvigny has until now been considered as a whole and the question of settlement phases has never been investigated. So the aim of this article is to publish all the pottery from the site and to discuss evidence that can be used to distinguish settlement phases. The pottery assemblage studied and drawn amounts to 181 individuals, including 172 decorated vessels. The latter belong to several categories of pottery : 139 individuals in fine ware with impressed/ incised decoration, 20 individuals in Limburg pottery, and 12 coarse ware vessels with modelled decoration. Undecorated pottery is quite rare, with only 9 vessels of identifiable shape : 8 in fine ware and 1 in coarse ware. As far as settlement organisation is concerned, it is difficult to identify house units with certainty and the number of vessels per pit is low. Nevertheless, some variation in pottery decoration can be observed, involving not only the tools used for making point or comb impressions, but also motifs and themes. Thus a number of differences, which can be interpreted in chronological terms, characterise two groups of pits. A contrast can be seen between the east sector, with pits G-J-J’-H-I and pit M, and the west sector, represented by pits A-B and C-D. The east sector is characterised by a more frequent use of points, relative to two-toothed combs, and also by the rarity of rim motifs combining incised lines and impressed bands. This sector possibly represents a first phase, corresponding to stage A of the late Bandkeramik of upper Alsace. The pits in the west sector can be attributed to a second phase, with combs used more often than points and a wide range of rim motifs combining incisions and impressions, in varying and occasionally extensive patterns. Parallels have already been made on the basis of these traits with stage B of the late Bandkeramik of upper Alsace (Lefranc, 2007). At the same time, the west sector is distinguished by the presence of a small number of main decoration themes which indicate other influences, in particular comb-impressed vertical bands and chevrons composed of hatched bands which would appear to originate from the middle Moselle Bandkeramik, together with some rare examples of truncated chevrons fixed to the rim motif, a decoration mainly occurring in the Hegau, the Neckar and the middle Moselle. These three decoration types become more frequent in the RRBP. The phasing proposed here for Juvigny adds some new elements to the debate on the formation of the RRBP, notably by helping to distinguish chronological from regional factors. The composition of the Juvigny assemblage has implications for chronological traits in the RRBP, in particular the hatched band motifs which appear very early in the Seine basin Bandkeramik sequence and which had previously been seen as late traits in the RRBP. Furthermore, the results of the Juvigny phasing can be placed in the broader context of the pottery from the recently excavated sites of Buchères and Bréviandes in the Troyes plain. These sites extend southwards the distribution of a middle-late Bandkeramik with marked upper Alsace influence. They thus provide new evidence for understanding the variability of pottery styles contributing to the formation of the RRBP, particularly the divisions that appear between the north and south of the Paris basin (Meunier, this volume).L’habitat de Juvigny «les Grands Traquiers » (Marne), situé à quelques kilomètres de Châlons-en-Champagne, représente encore aujourd’hui, par son corpus céramique conséquent, le site de référence pour le Rubané récent champenois. Il occupe une position stratégique pour la compréhension de la néolithisation rubanée du Bassin parisien, en assurant un lien entre le Rubané récent du Bassin parisien (RRBP) et le Rubané récent de haute Alsace en particulier. Rappelons que le site de Juvigny, fouillé par É. Tappret en 1985, n’a toujours pas fait l’objet d’une publication exhaustive. Le matériel céramique a été partiellement publié par É. Tappret et A. Villes en 1996 dans le cadre d’une synthèse régionale sur le Néolithique ancien de la Champagne, mais aucune donnée quantitative n’y figurait. Depuis, le corpus de céramique fine décorée sert de référence. Il a fait l’objet de décomptes concernant des aspects précis du décor par P. Lefranc, permettant l’élaboration de plusieurs hypothèses concernant la synchronisation avec le Rubané récent de haute Alsace et le Rubané de Lorraine et la relation chronologique avec le RRBP. Néanmoins, si aujourd’hui tout le monde s’accorde sur une position chronologique plus ancienne de Juvigny sur le début du RRBP, les questions d’une évolution du Rubané récent champenois et des liens précis entre les deux faciès restent ouvertes. Par ailleurs, le corpus céramique de Juvigny a jusqu’à présent été considéré comme un tout : la question de phases d’habitat n’a donc pas été développée. Ainsi, l’objectif de cet article est de publier l’intégralité de la céramique de Juvigny, en proposant d’apporter des éléments pour tenter de distinguer des phases au sein de l’habitat. Il est difficile de reconnaitre des unités d’habitation de façon sûre et, rapportés à chaque fosse, les effectifs de céramique décorée sont faibles. Néanmoins, on peut mettre en évidence certaines variations qui portent d’une part sur les outils utilisés pour les impressions au poinçon et au peigne, et d’autre part sur les motifs et les thèmes. Au final, une série de différences, qui peuvent être interprétées sous un angle chronologique, caractérise deux groupes de fosses. S’opposent ainsi le secteur est, représenté par les fosses G-J-J’-H-I et la fosse M, et le secteur ouest, représenté par les fosses A-B et C-D. Le secteur est se caractérise par une plus forte utilisation du poinçon par rapport au peigne à deux dents et également par la rareté de motifs du bord combinant lignes incisées et bandes imprimées. Il représenterait ainsi une première phase, qui peut correspondre à l’étape A du Rubané récent de haute Alsace. Les fosses du secteur ouest appartiendraient à la seconde phase, avec une plus forte utilisation du peigne que du poinçon et une diversité de motifs du bord combinant incisions et rangées d’impressions, suivant des configurations variées, parfois à tendance couvrante. Ces caractères avaient déjà été mis en parallèle avec le Rubané récent B de haute Alsace. En parallèle, ce secteur se distingue par la présence de thèmes principaux minoritaires qui se développeront dans le RRBP : les bandes verticales imprimées au peigne, les chevrons composés de rubans hachurés, et les rares cas de chevrons tronqués et soudés au motif du bord. Cette proposition de phasage permettra d’avoir quelques clés en main dans le débat sur la genèse du RRBP, notamment pour discerner ce qui peut relever du chronologique et du régional. Les résultats devront être mis en perspective avec les données céramiques issues des fouilles relativement récentes des sites de Buchères et Bréviandes dans la plaine de Troyes. En effet, ces sites permettent d’élargir vers le sud l’aire d’expansion du Rubané moyen-récent à forte influence haute-alsacienne et d’ouvrir ainsi un potentiel pour comprendre la variabilité des styles céramiques qui entrent en jeu dans la formation du RRBP, en particulier dans les clivages apparaissant entre le Nord et le Sud du Bassin parisien.Meunier Katia. La céramique de Juvigny « les Grands Traquiers » (Marne) et le Rubané récent champenois. In: Bulletin de la Société préhistorique française, tome 110, n°3, 2013. pp. 421-446

    Styles céramiques et néolithisation dans le sud-est du Bassin parisien

    No full text
    National audienceWhen the first Neolithic communities settled there, the region at the confluence of the Seine and Yonne Rivers bordered several cultural zones. The pottery found in this region of the southeast Paris Basin enabled a reconstruction of the varied processes of colonization or influences that played a role in the genesis of the Late Linear Pottery Culture of the Paris Basin (5100 to 4900) and the Villeneuve-Saint-Germain group (4900 to 4700). After studying around one thousand vases recovered from eighteen settlements, Katia Meunier proposes a regional sequence based on their technical, morphological and decorative aspects. This approach takes into account the variations and evolution of pottery styles, particularly the significant transformations undergone by the productions between the Linear Pottery Culture and the Villeneuve-Saint-Germain group. This pioneering study offers new directions for understanding the Neolithization processes in northern France. Comparisons with several already established sequences in the Paris Basin thus reveal a certain homogeneity of several aspects of the pottery across a very large geographic zone, reflecting the strong unity of Early Neolithic cultures. Nevertheless, significant regional variations are seen in the predominant development of certain decors, and this from the start of the Seine-Yonne sequence. Revealing affinities between several extra-regional cultural groups, they show that there may have been several colonization routes, as well as diverse relationships between the communities settled in the Paris Basin and those of neighboring regions at the beginning of the 5th millennium BC.À l’époque de l’installation des premières communautés néolithiques, la région située à la confluence de la Seine et de l’Yonne se trouvait aux confins de plusieurs aires culturelles. Les céramiques retrouvées dans cette zone sud-est du Bassin parisien permettent de retranscrire des processus variés de colonisation ou d’influences, qui ont joué un rôle dans la genèse du Rubané récent du Bassin parisien (– 5100 à – 4900) et du groupe de Villeneuve-Saint-Germain (– 4900 à – 4700). En s’appuyant sur l’étude d’un millier de vases recueillis dans dix-huit habitats différents, Katia Meunier propose une séquence régionale fondée sur leurs aspects techniques, morphologiques et décoratifs. Cette approche rend compte des variations et de l’évolution des styles céramiques, en particulier des profondes transformations qui marquent les productions entre le Rubané et le groupe de Villeneuve-Saint-Germain. Cette étude pionnière offre de nouvelles pistes pour comprendre les processus de néolithisation du nord de la France. Les comparaisons avec plusieurs séquences déjà établies pour le Bassin parisien révèlent ainsi une certaine homogénéité des multiples aspects de la céramique à travers une aire géographique très large, traduisant la forte unité des cultures du Néolithique ancien. Néanmoins, de fortes variations régionales s’expriment dans le développement privilégié de certains décors, et ce dès le début de la séquence Seine-Yonne. Dévoilant des affinités avec plusieurs groupes culturels extrarégionaux, elles indiquent de multiples voies de colonisation possibles, ainsi qu'une grande diversité relationnelle entre les communautés implantées dans le Bassin parisien et celles des régions voisines au début du cinquième millénaire avant notre ère
    • …
    corecore