Article thumbnail

La Chine : avenir du découplage asiatique ?

By Catherine Figuière and Laëtitia Guilhot

Abstract

L'Asie Orientale est aujourd'hui engagée dans un processus d'intégration économique régionale. Elle regroupe désormais les dix pays de l'ASEAN (Association des Nations d'Asie du Sud Est), auxquels viennent s'ajouter la Chine, le Japon et la Corée du Sud (ASEAN + 3). La thèse défendue ici repose sur les limites actuelles de ce processus qui ne permet pas (encore) à l'Asie d'être protégée des aléas des conjonctures occidentales. Après avoir analysé l'impact de la crise qui démarre en août 2007 aux Etats-Unis pour se diffuser à partir de septembre 2008, sur les pays d'Asie Orientale, cette communication montrera que la "triangularisation" des échanges semble difficilement contournable à court ou moyen terme du fait de l'hétérogénéité des niveaux de développement des pays asiatiques. Le découplage réel s'avère donc difficile à envisager à court terme. Par ailleurs, les variétés de développement expliquent également les disparités entre les systèmes financiers nationaux ce qui rend plus difficile l'analyse de l'éventualité d'un découplage financier et ce qui éclaire que la plupart des pays asiatiques aient été touchés par la crise plus tardivement (par le réel et non directement par le financier, contrairement au Japon).crise économique ; crise financière ; intégration économique ; intégration régionale ; échange international ; système financier ; Asie orientale

OAI identifier:

To submit an update or takedown request for this paper, please submit an Update/Correction/Removal Request.

Suggested articles