Location of Repository

Opportunisme ou besoin d'appartenance ? La dualité coopérative dans le cas d'équipes projet.

By Stéphanie Dameron

Abstract

L'objectif de cet article est de montrer que les logiques de calcul et de construction identitaire sont intimement liées dans les rapports coopératifs au sein d'équipes projet. Pour cela, nous avons construit deux formes de coopération en se fondant sur une dichotomie classique en sciences sociales. La coopération complémentaire se développe dans une rationalité calculatoire du fait du besoin de ressources complémentaires, où des engagements interindividuels assurent la congruence des intérêts individuels. L'école des relations humaines et les théories de l'identification sociale dénoncent la sous-socialisation de la coopération complémentaire. Une forme de coopération, que nous avons qualifiée de communautaire, peut apparaître. Cette coopération est fondée sur l'existence d'un processus d'identification sociale, où les individus s'identifient aux attributs qu'ils perçoivent comme communs aux membres du groupe. Si ces deux formes de coopération s'opposent quant à leur fondement et leur organisation, le processus coopératif s'avère ambivalent. Nous proposons alors une reconceptualisation de la coopération en définissant trois dimensions transversales. A travers l'étude approfondie de deux équipes projet, nous explorons le contenu de chaque dimension transversale aux deux formes de coopération. Cette analyse permet de définir des modalités de génération d'une forme de coopération par une autre dans le cas d'équipes projets ; ces modalités de passage d'une coopération à une autre relèvent pour chaque dimension du même mécanisme. L'ambiguïté quant à la finalité de l'action coopérative permet la variance des schémas interprétatifs, facilite la construction de compromis, et ainsi le passage d'une forme de coopération à une autre. La définition progressive, dans l'action, par les acteurs de leur fonction et statut dans le groupe, dans une dynamique d'enrôlement, constitue un deuxième mécanisme récursif de génération d'une forme de coopération par une autre. Enfin, les normes du périmètre du collectif et leur variation impactent les modes d'engagements interindividuels en définissant ce qui est hors du groupe et ce qui est dans le groupe ; le directeur de projet a un rôle central dans sa définition et sa variation et ainsi dans le passage entre les deux coopérations.Coopération; Dualité; Gestion de projet; Travail en équipe;

OAI identifier:

Suggested articles

Preview

Citations

  1. (1999). Abrams
  2. (1999). An Expanded Model of Organizational Identification,
  3. (1991). Analyse de données qualitatives : recueil de nouvelles méthodes, Bruxelles : De Boeck Université.
  4. (1998). Camerer
  5. (1990). Case Study Research: Design and Methods,
  6. (1991). Comparative Economic Organization: The Analysis of Discrete Structural Alternatives,
  7. (1996). Coopération et conception collective : variété et crises des rapports de prescription, in G. de Terssac et E. Friedberg (Eds), Coopération et conception,
  8. (1930). De la division du travail social,
  9. (1994). Developmental Processes of Cooperative Interorganizational Relationships,
  10. (1992). Doise
  11. (1985). Economic Action and Social Structure: The Problem of Embeddedness, A m e r i -can
  12. (1971). Economie et Société,
  13. (1977). Friedberg
  14. (2003). Gramaccia
  15. (1995). Intra- and Interorganizational Cooperation: Toward a Research Agenda,
  16. (1993). Introduction : gestion de projet, l’entreprise en question, in V. Giard et C. Midler (Eds), Pilotage de projet et entre prises, Diversités et convergences,
  17. (2000). L’historien, le juriste et les frontières de l’entreprise,
  18. (1977). L’identité au travail. Les effets culturels de l’organisation, 2ème édition corrigée,
  19. (2000). L’innovation ordinaire,
  20. (1987). La constitution de la société, collection Sociologies,.Paris :
  21. (1996). La coordination par les objets dans les équipes intégrées de conception de produits, in G. de Terssac et E. Friedberg (Eds), Coopération et conception,
  22. (1911). La direction scientifique des entrepris -es,
  23. (1997). La dynamique des groupes restreints, 11ème édition corrigée,
  24. (2002). La dynamique relationnelle au sein d’équipes de conception,
  25. (2000). La socialisation, construction des iden -tités sociales et professionnelles,
  26. (1987). La théorie positive de l’agence : une synthèse de la littérature, in
  27. (2003). Le management de projet,
  28. (1996). Les nouvelles approches sociologiques des organisations, Paris : Seuil.
  29. (1989). Mael
  30. (1976). Meckling
  31. (1996). Méthodes qualitatives et recherche en gestion,
  32. (1992). Organizing and Leading “Heavyweight” Development Teams,
  33. (1993). Pilotages de projet et entreprises, diversi -tés et convergences,
  34. (1997). Social Structure and Competition in Interfirm Networks: The Paradox of Embeddedness,
  35. (1996). Socialization Tactics: Longitudinal Effects on Newcomer Adjustment,
  36. (1908). Sociologie, Etude sur les formes de la socialisation, Paris : PUF, collection Sociologies.
  37. (1992). Structuring Cooperative Relationships Between Organizations,
  38. (1994). Sur les fondements épistémologiques des sciences de la complexité, Le constructivisme, Tome I : des fondements,
  39. (1996). The Evolution of Cooperation
  40. (1996). The Hidden Trade-offs of Cooperative Work:
  41. (1933). The Human Problems of an Industrial Civilization,
  42. (1979). The Social Psychology of Organizing, 2nd edition,
  43. (1996). The Source and Consequences of Embeddedness for the Economic Performance of Organizations: The Network Effect,
  44. (1989). Understanding the Big Picture: Positioning the Project Team,
  45. (1972). Victims of Groupthink: A Psychological Study of Foreign-Policy Decisions and Fiascoes,
  46. (1999). Why People Cooperate with Organizations: An Identity-Based Perspective,

To submit an update or takedown request for this paper, please submit an Update/Correction/Removal Request.