10.3406/caf.1994.1660

État et cohésion sociale

Abstract

Deux types «d'Etat social» coexistent au sein de l'Etat moderne. V «Etat d'équilibre social général», d'inspiration durkheimienne, vise une intégration conçue a priori. L'organisation du bien-être y est ancrée sur l'activité professionnelle et les interventions de l'Etat ont une visée compensatrice et redistributive à caractère universaliste. L'«Etat d'actions sociales» prend au contraire acte des différenciations sociales : plus que d'intégrer, il a pour mission d'ajuster empiriquement les différentes composantes de la société, les «communautés», et privilégie des programmes ciblés, visant des catégories particulières de population. Face aux mêmes problèmes, ces deux types d'Etat produisent deux types de cohésion sociale : la première, partant d'une représentation a priori de l'assemblage social à réaliser, met l'accent sur les systèmes et institutions de socialisation et sur la question de la distribution des ressources et des biens; la seconde vise un assemblage progressif et fluctuant, en mettant l'accent prioritairement sur les phénomènes de pauvreté et de marginalité, et en s' appuyant sur les mécanismes des solidarités locales : le RMI s'inscrit plutôt dans ce deuxième type d'Etat social.Maclouf Pierre. État et cohésion sociale. In: Recherches et Prévisions, n°38, décembre 1994. Pauvreté Insertion RMI. pp. 31-52

Similar works

Full text

thumbnail-image

Périodiques Scientifiques en Édition Électronique

Full text is not available
oai:persee:article/caf_1149-1590_1994_num_38_1_1660Last time updated on 11/15/2016

Having an issue?

Is data on this page outdated, violates copyrights or anything else? Report the problem now and we will take corresponding actions after reviewing your request.