Article thumbnail

Après l'inondation du quartier de Laonag-Yiri, Ouagadougou, Burkina Faso

By Véronique Lassailly-Jacob

Abstract

Quartier de Laonag-Yiri, arrondissement de Bogodogo, Ouagadougou, novembre 2013. Certains autochtones sont restés.Sur la façade, on peut lire OTO qui signifie Autochtone. Si leurs habitations ont été endommagées par l’inondation, elles ont été réparées par leurs propriétaires. Leurs habitations ont mieux résisté car elles étaient situées sur des monticules. Elles n’ont pas été rasées comme celles des allochtones. Les autochtones sont restés car ils sont originaires du lieu et leur parcelle est bornée. Ils ont là leur chef (naba) et leur cimetière. Ils cultivent du riz dans les bas-fonds, ont un peu de bétail et des arbres fruitiers. L’inondation a introduit une catégorisation des populations de ce quartier en distinguant les autochtones des allochtones qui, eux, ont été forcés à se déplacer. Mais les autochtones savent qu’ils sont menacés d’expulsion si la zone est réquisitionnée

Topics: Burkina Faso, inondation, habitat informel, Ouagadougou, quartier non loti, [SHS.GEO]Humanities and Social Sciences/Geography
Publisher: HAL CCSD
Year: 2013
OAI identifier: oai:HAL:medihal-01118213v1
Download PDF:
Sorry, we are unable to provide the full text but you may find it at the following location(s):
  • https://medihal.archives-ouver... (external link)
  • https://medihal.archives-ouver... (external link)
  • https://medihal.archives-ouver... (external link)
  • https://medihal.archives-ouver... (external link)
  • https://medihal.archives-ouver... (external link)
  • Suggested articles


    To submit an update or takedown request for this paper, please submit an Update/Correction/Removal Request.