Article thumbnail

Le scandale du refus de traitement

By Eric Delassus

Abstract

International audiencePourquoi parler du scandale du refus de soin ou de traitement ? Si l'on recherche l'éty-mologie du terme même de « scandale », il renvoie à l'idée d'obstacle, le scandale – du grec skandalon qui a donné le latin scandalum – désigne littéralement ce qui fait trébucher. Au-trement dit, le scandale, c'est non seulement ce qui s'oppose à la poursuite d'une trajectoire donnée, mais c'est aussi ce qui fait choir celui qui a choisi de suivre cette direction. La question que l'on est alors en droit de se poser est ici celle de savoir qui est victime d'une chute dans cette affaire, est-ce le malade qui met sa vie en danger, ou est-ce le soignant qui ne peut aller au bout de ce qu'il estime être sa mission ? Si le malade peut parfois refuser de se soigner, c'est qu'il est confronté à un autre scandale, celui de la maladie elle-même, la maladie qui s'impose à lui et qui lui impose de vivre autre-ment, de renoncer à ses désirs et de supporter les souffrances qu'elle lui inflige, la maladie qui l'oblige, malgré lui à adopter, pour reprendre l'expression de G. Canguilhem, cette « allure de la vie 1 » qu'il n'a pas choisie, de suivre un rythme qui n'est pas le sien. À cette maladie, qui exerce sur lui sa tyrannie, vient ensuite s'ajouter le pouvoir médical. Un pouvoir auquel il est difficile de désobéir, puisqu'il est apparemment le plus légitime qui soit. Il ne s'exerce pas de façon arbitraire, il est même en mesure de se justifier scientifiquement et moralement. Scientifiquement, car ce que la médecine ordonne – n'oublions pas que le médecin rédige des ordonnances – elle l'exige au nom d'un savoir reposant sur des preuves qui, depuis Claude Bernard, sont issues de la méthode expérimentale et qui, de ce point de vue, sont incontes-tables. Moralement ensuite, étant donné que ce que le médecin commande ou recommande, il le fait nécessairement, et le plus souvent authentiquement, pour le bien du patient. En conséquence, si le malade, scandalisé, ou découragé, par cette maladie qu'il juge ab-surde et injuste et qui s'impose à lui, ne trouve pas d'autre réponse que de la défier ou l

Topics: Refus de traitement, éthique, éthique médicale, soin, santé, maladie, [SHS.PHIL]Humanities and Social Sciences/Philosophy
Publisher: HAL CCSD
Year: 2015
OAI identifier: oai:HAL:hal-01170341v1
Download PDF:
Sorry, we are unable to provide the full text but you may find it at the following location(s):
  • http://www.sfdial.org/html/sit... (external link)
  • http://www.sfdial.org/html/sit... (external link)
  • https://hal.archives-ouvertes.... (external link)
  • https://hal.archives-ouvertes.... (external link)
  • https://hal.archives-ouvertes.... (external link)
  • https://hal.archives-ouvertes.... (external link)
  • https://hal.archives-ouvertes.... (external link)
  • Suggested articles


    To submit an update or takedown request for this paper, please submit an Update/Correction/Removal Request.