Skip to main content
Article thumbnail
Location of Repository

中國大陸當代藝術批評 : 理論模式和歷史視角——中國藝術批評家的概念方法

By Anny Lazarus

Abstract

Since 1979, mainland China Art critics have accompanied the development of contemporary art, participating in the revival of intellectual life which have been hit hard during the reign of Mao. Art magazines reflect changes in their thinking: ideological discourse fades gradually in favor of a questioning of the concepts and artistic practices. In my dissertation I present at first the intellectual scene in which is constructed criticism of Chinese art, and secondly, after analyzing how concepts move from one language to another, I approach theoretical texts and their reception in academic. Attracted initially by Western thought, a reference field that extends from Plato to Danto, Chinese critics then turned to the classical corpus, or the Book of Changes, to forge tools specific "to China" to rewrite history of Chinese contemporary art delivered from the post-colonial yoke, but at the risk of getting trapped in an insidious nationalism encouraged by the Party. The extensive excerpts I propose deal with the meta-criticism, and the fate of the rise of modernity and postmodernism, historical discourse labeled by Benedetto Croce, abstract art from gestures and tools of calligraphy and qualified by Gao Minglu of "maximalist" ... and that Li Xianting assimilate to Buddhist and ancestral practices. Rejecting Western concepts which are unfit to interpret Chinese art, according to the traditional concepts to establish the School of yi, Gao Minglu offers a critical theory he tries to apply to contemporary works. Conversely Wang Nanming defends an approach to be universal and denounces the artists and critics who brandich their Chinese identity ... So the approaches discussed are varied and sometimes conflicting, but attest to the vitality of contemporary Chinese art criticism. Under the influence of a Marxist conception of art, an art aspiring to serve people and product by artists integrated into society which should highlight the complex transformation of this society and its living conditions, art critics propose theoretical models that are more tools of interpretation than appreciation.Depuis 1979, les critiques d'art en Chine continentale ont accompagné le développement de l’art contemporain, participant à la renaissance de la vie intellectuelle durement éprouvée sous le règne de Mao. Les revues spécialisées en art reflètent l’évolution de leur réflexion : le discours idéologique s’efface peu à peu au profit d’un questionnement sur les concepts et les pratiques artistiques. Dans ma thèse je présente d’une part ce paysage intellectuel dans lequel s’est construite la critique d’art chinoise, et d’autre part, après avoir analysé comment certains concepts passent d’une langue à l’autre, j’aborde les textes théoriques et leur réception dans le milieu académique. Attirés au départ par la pensée occidentale, un champ référentiel qui s’étend de Platon à Danto, les critiques chinois se sont tournés ensuite vers le corpus classique, voire le Livre des mutations, pour forger des outils “propres à la Chine” afin de ré-écrire une histoire de l’art contemporain chinois délivrée du carcan post-colonial, mais au risque de se prendre au piège d’un nationalisme insidieux encouragé par le Parti. Les larges extraits que je propose traitent de la méta-critique, du sort et de l’essor de la modernité et du postmodernisme, de discours historiques marqués par Benedetto Croce, de l’art abstrait émanant des gestes et des outils de la calligraphie et qualifié par Gao Minglu de “maximaliste”... et que Li Xianting rapproche des pratiques bouddhistes et ancestrales.
Récusant les concepts occidentaux jugés inaptes pour interpréter l’art chinois, recourant aux concepts classiques pour fonder l’École du yi, Gao Minglu propose une théorie critique qu’il tente d’appliquer aux œuvres contemporaines. À l’inverse Wang Nanming défend une démarche qui se veut universelle et dénonce les artistes et les critiques qui brandissent leur identité chinoise... Ainsi les démarches étudiées sont variées et parfois antagonistes, mais attestent de la vitalité de la critique d’art contemporaine chinoise. Sous l’emprise d’une conception marxiste de l’art, aspirant à un art au service du peuple, produit par des artistes intégrés à la société qui se doivent de mettre en avant les transformations complexes de cette société et de ses conditions de vie, les critiques d’art proposent des modèles théoriques qui sont plutôt des outils d’interprétation que d’appréciation

Topics: art history, French Theory, contemporary art, art theory, Art criticism, China, Théorie de l’art, Wang Nanming, Li Xianting, Gao Minglu, art contemporain, Critique d’art, Chine, Histoire de l’art, 艺术批评, 中国,当代艺术,高名潞,栗宪庭,王南溟,艺术理论,艺术历史, [ SHS.ART ] Humanities and Social Sciences/Art and art history
Publisher: HAL CCSD
Year: 2015
OAI identifier: oai:HAL:tel-01278651v3
Provided by: Thèses en Ligne

Suggested articles


To submit an update or takedown request for this paper, please submit an Update/Correction/Removal Request.