Skip to main content
Article thumbnail
Location of Repository

Écologisation d’un « centaure » ? Analyse d’une appropriation différenciée des enjeux environnementaux par les usagers récréatifs de nature

By Sarah-Jane Krieger

Abstract

The protection of nature is accelerating and spreading. The United NationsEnvironment Programme (UNEP) counts more than 100,000 terrestrial and marineprotected areas. Since protection of nature is established on inhabited or visited natural spaces, it justifies information and education missions among people living or using theses sites. It also sets the terms of a consensus on the policies to achieve and the respect of established rules. Therefore, protection tends to conceal the redifinition and adaptation work made by the users according to their own knowledge, experiences and group of affiliation. Our research concentrates on this invisible work observed on two natural sites. One of these sites is a protected site : the Saguenay-St. Lawrence Marine Park. The second one is the Parc marin de l’estuaire de la Gironde et de la mer des Pertuis, which was in a planning stage during our research. More than the production of knowledge, norms and naturalist values, our purpose is to understand how the users of nature, through their leisure customs on definite territories, appropriate themselves what is considered as environmental stakes.We held on a conceptual frame considering the theory of the actor in situation in thefield of environmental sociology and drew three hypothesis guiding our questioning. So, we try to observe how the natural space, considered as an ecosystem and a social construction, influences the appropration of environmental stakes through the objective characteristics and the social representations it carries, as well as through the protection policies and the proximity between the territory and its users. We also try to understand how the leisure customs and their associated culture influence this appropriation via the pressure of the group, the legitimity of the access to the territory or the technics specific to the practice. To conclude, we observe this « ecological sensitivity » and the « green commitment » of customers to understand this differenciated appropriation. We based our research on a mixed comparative method and chose a qualitative approach – interviews and observations – making us able to analyse the different variables that are the geographical origin, the leisure custom and how it is practiced, the ecological sensitivity and the « green commitment », but also the usual sociological characteristics which could make clear the appropriation of the environmental stakes. The purpose is to deal with the ecologisation of societies which, helped by the wilderness ideal, would rather take part in the domestication of the uses of nature, and as a consequence, in a new kind of social domination.La mise en protection de la nature s’accélère et s’étend, le Programme desNations Unies pour l’Environnement (PNUE) dénombre plus de 100 000 sites terrestres et marins protégés. Implantés sur des espaces naturels habités ou fréquentés, la protection motive des missions d’information et d’éducation auprès des résidents et autres usagers de ces sites. Elle conditionne aussi un certain consensus sur les politiques à mettre en oeuvre et le respect des règles édictées. Pensée ainsi, la protection tend à occulter le travail de redéfinition et d’adaptation qu’opèrent les usagers à partir de leurs propres connaissances, expériences et collectifs d’appartenance. Notre recherche va de l’autre côté du miroir et s’intéresse à ce travail invisible que nous étudions sur deux espaces naturels : l’un protégé, le Parc marin du Saguenay—Saint-Laurent, l’autre en projet lors de notre enquête, le Parc naturel marin de l’estuaire de la Gironde et de la mer des Pertuis. En aval de la production des connaissances, des normes et des valeurs naturalistes qui président à l’identification des enjeux environnementaux, il s’agit de comprendre comment les usagers des espaces de nature, à travers leurs pratiques récréatives territorialisées, s’approprient ce qui est considéré comme des enjeux environnementaux. En prenant appui sur un cadre conceptuel qui mobilise la théorie de l’acteur en situation dans le champ de la sociologie de l’environnement, trois grandes hypothèses ont été formulées pour orienter notre questionnement. Ainsi, nous tentons de voir en quoi l’espace naturel, entendu à la fois comme écosystème et comme construction sociale, influence l’appropriation des enjeux environnementaux par les caractéristiques objectives dont il est porteur et les représentations sociales qu’il véhicule, mais également par les politiques de protection mises en oeuvre, ainsi que la proximité au territoire ressentie par ses usagers. Aussi, nous essayons de comprendre comment les usages récréatifs et leur culture associée influent sur cette appropriation à travers la pression du collectif, la légitimité de l’accès au territoire ou des techniques propres à la pratique. Enfin, nous nous intéressons à la « sensibilité écologique » et à « l’engagement vert » des usagers récréatifs pour saisir cette appropriation différenciée. Mobilisant une méthode comparative mixte, nous avons opté pour une démarche qualitative (entretiens et observations) qui permet d’analyser en finesse les différentes variables convoquées, que sont l’origine géographique, l’usage récréatif et ses modalités de pratique, ainsi que la sensibilité écologique et l’engagement vert, mais aussi les caractéristiques sociologiques classiques qui pourraient expliquer l’appropriation des enjeux environnementaux. L’enjeu est de discuter de l’écologisation des sociétés. Écologisation, qui derrière l’idéal d’ensauvagement, participerait plutôt de la domestication des usages de nature et par-là même concourrait à une nouvelle forme de domination sociale

Topics: St. Lawrence, Comparative approach, Ecologisation, Appropriation, Leisure customs of nature, Environmental stakes, Usages récréatifs de nature, Enjeux environnementaux, Approche comparative, Saint-Laurent, Gironde, [ SHS.SOCIO ] Humanities and Social Sciences/Sociology
Publisher: HAL CCSD
Year: 2015
OAI identifier: oai:HAL:tel-01321264v1
Provided by: Thèses en Ligne

Suggested articles


To submit an update or takedown request for this paper, please submit an Update/Correction/Removal Request.