Article thumbnail

« Le Purgatoire de saint Patrick – Un voyage intérieur »

By Myriam White-Le Goff

Abstract

Après quelques préalables concernant la place de l’autobiographie, des expériences spirituelles ou de la pensée des différentes significations du monde au Moyen Âge, j’envisage la légende du Purgatoire de saint Patrick comme écriture du sujet. De fait, le personnage gagne le statut de héros et le passage vers l’exemplarité motive en partie la mise à l’écrit du récit de son voyage. L’écriture s’appuie à la fois sur la parole et sur le témoignage, dans la recherche d’une vérité dont on revendique la grande subjectivité. Ainsi, l’écrivain tente de justifier sa position puisqu’il n’est pas directement celui qui a fait l’expérience. Une pensée du relais et de la médiation motive la démarche d’écriture. Cela explique l’attention particulière portée à l’emploi de la première personne, du discours direct et de toutes les modalités d’expression subjective. Dans certains textes, les narrateurs jouent de la superposition des instances énonciatives comme pour renforcer la force d’adresse de la légende. On glisse vers une parole à fonction testimoniale absolue qui articule discrétion de la voix et exacerbation de la valeur de vérité de la subjectivité. On croit à la possibilité de transmettre une expérience, même spirituelle.La forme singulière du voyage du chevalier Owein, qui engage le corps et l’âme dans un véritable cheminement, est particulièrement bien adaptée pour dire l’altération intérieure, comme si l’espace de la psyché se projetait sur le monde extérieur. L’itinéraire spirituel comporte, très significativement, une descente dans les profondeurs, une désorientation, l’évocation de frontières limites, infranchissables (celles de l’Enfer et du Paradis céleste), une mise à l’essai voire une mise en péril de l’être (notamment du corps, dans des tourments qui peuvent permettre la spiritualisation de l’être). Dans la légende, l’expérience spirituelle suggérée par le voyage apparaît comme un mouvement d’ouverture (du monde, de la fosse, des portes des différents lieux de l’au-delà, mais également de la psyché et du cœur du voyageur et de ceux qui entendront son témoignage). Trois conditions semblent nécessaires à l’accomplissement de l’expérience : la solitude, l’épreuve et l’imagination. De fait, l’imagination, ou la compréhension des sens multiples du voyage, permet de percevoir la signification des expériences extrêmes de l’autre monde et de progresser spirituellement. La vie spirituelle apparaît en partie comme une exploration des limites de la raison et de l’imagination qui laisserait la place à une vie propre de l’âme.Le Purgatoire de saint Patrick-Un voyage intérieur Ce que je me propose d'explorer aujourd'hui est plus qu'un simple texte, c'est une légende, qui m'occupe, personnellement, depuis ma thèse, et qui a été beaucoup lue, entendue, copiée, à travers toute l'Europe, durant une large période qui s'étend du XII e au XV e siècle : il s'agit de la légende du Purgatoire de saint Patrick. Le premier texte qui la présente est le Tractatus de Purgatorio sancti Patricii d'un certain H., moine de Saltrey, mais la version la plus connue est certainement celle de Marie de France, en français. La légende est au moins double puisqu'elle rapporte à la fois la révélation d'une entrée terrestre de l'au-delà, faite à saint Patrick, pendant son ministère en Irlande, et le voyage du chevalier Owein dans l'autre monde, Purgatoire et Paradis terrestre, qui advient bien plus tard, du temps du roi Etienne. La légende s'appuie sur le fait qu'Owein est revenu parmi les siens et a raconté son expérience. En somme, il ne s'agit pas d'une autobiographie, mais du récit d'une expérience qui se présente comme réelle, historiquement datée et géographiquement située (du moins, au début…). Pour comprendre en quoi un tel récit peut croiser les préoccupations qui nous occupent ici, il faut garder à l'esprit le contexte médiéval : une certaine distance par rapport à ce que nous nommons maintenant autobiographie, une certaine familiarité avec les expériences spirituelles assez intenses (je pense notamment aux pratiques et récits des mystiques), et surtout la nécessité d'une interprétation perpétuelle des êtres et des choses. Rien n'est jamais seulement ce qu'il a l'air d'être, tout a toujours une voire plusieurs significations. Et tout, choses, êtres, actes, se pense sous le regard de Dieu, toujours. Une fois ces préalables établis, nous pouvons explorer en quoi on peut parler ici d'une véritable écriture du sujet, en quoi un récit de voyage peut-être une forme privilégiée pour exprimer l'expérience spirituelle et quelle conception de la vie spirituelle se dessine. Écriture du Sujet François Raviez proposait plusieurs pistes de réflexions dans la présentation de son projet global et il évoquait notamment la question de l'autobiographie ou d'une écriture du sujet où celui qui dit son expérience en devient en même temps le héros. Il en va précisément ainsi pour Owein, l'homme qui décide d'entrer dans l'autre monde. Il est d'abord présenté comme un pécheur presque exemplaire par sa faute. Si Owein, cet homme qui a commis certains des pires péchés dont l'homicide, peut sortir vainqueur de l'aventure, a fortiori les autres hommes peuvent racheter leurs fautes. Pour autant, il ne faut pas oublier le caractèr

Topics: [SHS.LITT]Humanities and Social Sciences/Literature
Publisher: HAL CCSD
Year: 2016
OAI identifier: oai:HAL:hal-02960272v1
Provided by: HAL-Artois
Download PDF:
Sorry, we are unable to provide the full text but you may find it at the following location(s):
  • https://hal.archives-ouvertes.... (external link)
  • https://hal.archives-ouvertes.... (external link)
  • https://hal.archives-ouvertes.... (external link)
  • Suggested articles


    To submit an update or takedown request for this paper, please submit an Update/Correction/Removal Request.