Article thumbnail

Le Burkina Faso : l'alternance impossible

By Jacinthe Mazzocchetti and Mathieu Hilgers

Abstract

Le 13 novembre 2005, Blaise Compaoré a été réélu président avec plus de 80 % des voix. Comment expliquer ce plébiscite, paradoxal au regard de la contestation née de l’affaire Zongo et des bons résultats de l’opposition aux scrutins municipaux et législatifs de 2000 et 2002 ? L’élection présidentielle de 2005 aura été avant tout un plébiscite par défaut – défaut d’électeurs et défaut d’opposition. La nouvelle décompression politique engagée par le pouvoir après l’affaire Zongo a fonctionné, et la crise ivoirienne a permis au président de jouer la carte de l’union nationale

Publisher: 'CAIRN'
Year: 2006
DOI identifier: 10.3917/polaf.101.0083
OAI identifier: oai:dial.uclouvain.be:boreal:87917
Provided by: DIAL UCLouvain
Download PDF:
Sorry, we are unable to provide the full text but you may find it at the following location(s):
  • http://hdl.handle.net/2078.1/8... (external link)

  • To submit an update or takedown request for this paper, please submit an Update/Correction/Removal Request.

    Suggested articles