Analyse quantitative des procédés de sédation analgésie dans la réduction des luxations antérieures d’épaule : étude rétrospective au sein des urgences du GHT Normandie Centre de janvier à décembre 2018

Abstract

Introduction. Anterior shoulder dislocation is a frequent therapeutic emergency, which reduction justifies the use of procedural sedation analgesia (PAS) in the emergency department (ED), framed by the 2010 SfarSFMU recommendations. Objectives. To evaluate the prevalence of PAS use in the reduction of anterior shoulder dislocations in the GHT Centre Normandie Centre’s ED and secondly to evaluate the various professional practices with the aim of achieving a common management protocol. Method. Multicentric retrospective analysis of computerized medical records in the GHT Normandie Centre’s ED from January to December 2018. Results. The prevalence of PAS was 80.4%. 22 different associations were found, of which 3 were in line with the recommendations: Morphine-MEOPA (22.9%), Ketamine-Midazolam (4.3%) and PropofolMorphine (7.9%). The reduction success rate of the ED doctor was 81.3%. The reporting of the pre- and postreduction safety profile seemed to be generally insufficient, as well as the one of pain level or surveillance instructions issuance at exit. The level of analgesics delivered at the admittance seemed predominantly unsuitable to the pain intensity declared by patients. Conclusion. The frequency of use of PAS, the heterogeneity of practices, the lack of traceability of certain parameters, and the suboptimal management of pain would indicate the usefulness of a common protocol to be evaluated prospectively secondarily.Introduction. La luxation antérieure d’épaule est une urgence thérapeutique fréquente, dont la réduction justifie l’utilisation d’une sédation analgésie procédurale (SAP) aux urgences, encadrée par les recommandations Sfar-SFMU de 2010. Objectifs. Évaluer la prévalence du recours à la SAP dans la réduction des luxations antérieures d’épaule au sein des urgences du GHT Normandie Centre et secondairement évaluer les différentes pratiques professionnelles dans l’optique de la réalisation d’un protocole de prise en charge commun. Méthode. Analyse rétrospective multicentrique des dossiers médicaux informatisés au sein des urgences du GHT Centre Normandie de janvier à décembre 2018. Résultats. La prévalence de l’utilisation de la SAP était de 80,4%. 22 associations différentes étaient retrouvées, dont 3 en adéquation avec les recommandations : Morphine-MEOPA (22,9%), KétamineMidazolam (4,3%) et Propofol-Morphine (7,9%). Le taux de réussite de réduction par l’urgentiste était de 81,3%. La traçabilité du profil sécuritaire pré et post-réduction semblait globalement insuffisante tout comme celle de la douleur ou de la délivrance des consignes de surveillance à la sortie. Le niveau des antalgiques délivrés à l’accueil semblait majoritairement inadapté à l’intensité de la douleur déclarée par les patients. Conclusion. La fréquence du recours à la SAP, l’hétérogénéité des pratiques, le défaut de traçabilité de certains paramètres, et la prise en charge sous-optimale de la douleur sembleraient indiquer l’utilité d’un protocole commun à évaluer secondairement de façon prospective

Similar works

Full text

HAL - Normandie UniversitéProvided a free PDF (195.62 KB)

dumas-02473918v1oai:HAL:dumas-02473918v1
Last time updated on April 25, 2020

This paper was published in HAL - Normandie Université.

Having an issue?

Is data on this page outdated, violates copyrights or anything else? Report the problem now and we will take corresponding actions after reviewing your request.