Article thumbnail

Concordance négative optionnelle : contrastes forts et faibles entre picard et québécois

By Anne Dagnac and Heather Burnett

Abstract

Cet article, basédeux études decorpus,comparele phénomène de la concordance négative(CN)enpicard et enfrançais montréalais. Après avoir défini les phénomènes étudiés, il présenterapidement lefonctionnement de la négation et de la concordance négative en picard, et leurressemblances avec le système montréalais.La concordance entre marqueur négatifet mot-N y est à la fois possible et optionnelle: j’n’in sais (mie) rien ‘je n’en sais rien’ (picard), j’ai (pas)rien contre la loi cent un ‘je n’ai rien contre la loi cent un’ (québécois). Les contrastes en termes de contextes syntaxiques permettant ou non la CNoptionnelle, conduisent à poser ces deux dialectes commetypologiquement distinctssur des points considérés comme théoriquement cruciaux, comme la possibilité de la CNentre un marqueur denégation et un mot-N préverbalou dans des énoncés fragmentaires. Néanmoins, onmontre qu’une prise en compte plus fine des propriétéslexicalesdes items en jeuet de leurs fréquences d’emploi relativesmodifiece schéma typologique:elle montred’étonnantes convergences entre les deux systèmes, qui invitent à repenser la manière d’aborder la microvariation syntaxique. L’article défend enfin l’hypothèse que les différences entre les deux dialectes reposent sur l’existence d’un marqueur secondaire en picard, occupant une position syntaxique distinctedu marqueur pas ou point

Publisher: EDP Sciences
DOI identifier: 10.1051/shsconf/20162713003
OAI identifier: oai:edpsciences.org:dkey/10.1051/shsconf/20162713003
Download PDF:
Sorry, we are unable to provide the full text but you may find it at the following location(s):
  • https://doi.org/10.1051/shscon... (external link)
  • https://www.shs-conferences.or... (external link)
  • Suggested articles


    To submit an update or takedown request for this paper, please submit an Update/Correction/Removal Request.