Article thumbnail

Pour une approche ethnobotanique des processus paysagers du littoral ouest réunionnais

By Morgane Robert

Abstract

International audienceDans un contexte où la question des espèces végétales introduites dites « envahissantes » devient centrale en milieuxinsulaires, les îles océaniques de la zone intertropicale sont reconnues comme particulièrement menacées car riches en «écosystèmes aussi originaux que fragiles » (Cherubini, 2006, p. 200). Les phénomènes invasifs qui s’opèrent sur des systèmes àforte endémicité permettent de classer ces territoires parmi les “hot-spots” de la biodiversité mondiale, à l’image de l’archipeldes Mascareignes dans l’Océan Indien. A l’île de La Réunion, une telle dynamique s’observe de manière significative depuis lesannées 2000 dans les savanes et ravines des bas de l’Ouest, en dessous de 400 mètres d’altitude. Dans le cortège des espècesimpliquées, une est particulièrement compétitive : le Leucaena leucocephala. Sa prolifération récente engendre un basculementpaysager sans précédent depuis la « colonisation » de l’île : la transformation des savanes, paysages ouverts, en formations préforestièresquasi impénétrables. Pourtant, depuis son introduction au milieu du XIXème siècle, cette espèce constituait uneressource domestique et fourragère importante largement exploitée. Il apparait alors opportun de questionner en quoi latransformation des usages ethnobotaniques de cette espèce peuvent expliquer les dynamiques paysagères actuelles.Afin de proposer une nouvelle interprétation du processus considéré comme « invasif », cette communication abordera lepaysage « par la plante » afin d’élucider les effets paysagers produits par la variation des modes d’exploitation des ressourcesvégétales. La démarche, géohistorique, au croisement d’approches botaniques et ethnographiques, montrera que l’histoire d’unpaysage peut être en partie corrélée à la trajectoire paysagère d’une espèce végétale ; en l’occurrence, celle du Leucaenaleucocephala sera ici centrale. Cette trajectoire se construira autour de l’évolution des interrelations entre le végétal, lessociétés et les milieux dans l’idée que « le succès de l’invasion dépend de l’histoire entre la plante et les sociétés humaines »(Udo et al., 2016, p. 2).Cette communication permettra de questionner les modalités d’une gestion environnementale des paysages littoraux endehors de l’aire réunionnaise protégée, tout en proposant une autre approche du phénomène invasif impliquant des formes« d’acceptation sociale » (Javelle, Kalaora, Decocq, 2010, p. 3) des espèces végétales

Topics: Paysage, savane, ravine, ethnobotanique, Leucaena leucocephala, île de La Réunion, [SHS.ARCHI]Humanities and Social Sciences/Architecture, space management, [SHS.ANTHRO-SE]Humanities and Social Sciences/Social Anthropology and ethnology, [SHS.ENVIR]Humanities and Social Sciences/Environmental studies, [SDE.ES]Environmental Sciences/Environmental and Society, [SDE.MCG]Environmental Sciences/Global Changes, [SDE.BE]Environmental Sciences/Biodiversity and Ecology
Publisher: HAL CCSD
Year: 2019
OAI identifier: oai:HAL:halshs-02321122v1
Download PDF:
Sorry, we are unable to provide the full text but you may find it at the following location(s):
  • https://halshs.archives-ouvert... (external link)
  • Suggested articles


    To submit an update or takedown request for this paper, please submit an Update/Correction/Removal Request.