Article thumbnail

LES GRANS [et] MER || VEILLEVX FAITZ du seigñr Nemo auec les preui || leges q̄l a / et la puissance quil peut auoir De || puis le cõmencement du monde iusq̄s a la fin. — Finis. S. l. n. d. [vers 1540], pet. in-8 goth. de 8 f. de 23 lignes à la page, sign. A, mar. r. jans., tr. dor. (Trautz-Bauzonnet.)

By 

Abstract

Abundance (Jehan d'). Faictz de Nemo (v. 1540)Faictz (Les grans et merveilleux) de Nemo (v. 1540)Hütten (Ulrich von). Nemo (1512 ou 1513)Nemo (Les grans et merveilleux Faictz de) (v. 1540)Numérisation effectuée à partir d'un document de substitution : R 115927.La pièce n'a qu'un titre de départ, suivi de 18 lignes de texte ; nous en donnons le fac-simile : Un théologien du moyen-âge eut l'idée de renouveler la célèbre équivoque d'Ulysse (Homère, Odyss., IX, vers 366 et suiv.) et de composer tout un sermon à la louange d'un saint que les Écritures elles-mêmes mettaient audessus de Dieu : Dous cujus irae resistere Nemo potest. Il mit sur le compte de ce dévot personnage toutes les actions dont, au dire de la Bible, des Évangiles et des Saints Pères, « Personne » n'était capable. Le sermon, qui se trouve dans un ms. du XIIIe siècle et dans plusieurs mss. postérieurs, a les allures graves et posées d'un vrai sermon. Ulrich de Hutten en fit un petit poème latin, qu'il publia en 1512 ou 1513, et qu'il remit au jour en 1516 avec d'importantes additions. Un auteur qui travaillait pour le théâtre de Lyon (Du Verdier nous apprend que c'est Jehan d'Abundance) comprit tout le parti que l'on pouvait tirer de cette vieille facétie ; il lui fut facile de faire figurer saint Nemo à côté des autres saints qui composaient le martyrologe des sermons joyeux Pourtant, un détail pouvait l'arrêter : la négation qui, en français, doit être jointe au mot « Personne » ; le poète prit le parti de conserver à Nemo son nom latin et de citer également en latin les textes sur lesquels il s'appuyait. Ce système le mettait d'accord avec la grammaire, en même temps qu'il lui permettait le mélange du latin et de la langue vulgaire, mélange que tous les auteurs de farces ont toujours considere comme un élément comique. Jehan d'Abundance est l'auteur de divers autres ouvrages dramatiques, imprimés a Lyon au XVIe siècle. Les seules de ses productions qui nous soient parvenues sont deux monologues dramatiques : Les grans et merveilleux Faictz du seigneur Nemo, dont nous venons de parler, et les Quinze Signes descendus en Angleterre (Biblioth. nat., Y 4437. A. Rés., et Y. 3193 (12). Rés.), dont il a été fait, vers 1860, une réimpression qui se joint à la collection Silvestre ; deux mystères : Le Joyeux Mistére des trois roys a dix sept personnages, dont la Bibliothèque nationale a récemment acquis une copie figuree (NAF 4222, Rés.) et la Moralité, Mistére et Figure de la passion de Nostre Seigneur Jesus Christ, qui nous est connue par une édition de Lyon, Benoist Rigaud, S. d., in-8 (Biblioth. nat., Y. 4352. A. Rés) et par une copie manuscrite (Biblioth. nat., ms. franç. 25466. fol. 1-19) ; enfin deux farces : Le Testament de Carmentrant, dont nous décrirons plus loin une édition ancienne, et qui a été réimprimé en 1830, à 42 exemplaires par les soins de MM. Giraud et Veinant, et la Farce de la Cornette, datée de 1543 et réimprimée par MM. Giraud et Veinant en 1829, ainsi que par M. Édouard Fournier (Le Théâtre français avant la Renaissance, 438-445). Du Verdier nous a conservé les titres de trois moralités de Jehan d'Abundance, qui paraissent aujourd'hui perdues bien qu'elles aient été imprimées : Plusieurs qui n'a point de-conscience, Le Gouvert d'humanité et le Mond qui tourne le dos a Chascun (Du Verdier, éd. Rigoley de Juvigny, II, 324). Les autres ouvrages de Jehan d'Abundance sont indiqués par Du Verdier et par Brunet. Les seuls qui portent une date sont la Prosopopeie de la France a l'empereur Charles Quint sur sa nouvelle entrée faite à Paris (Tolose, Nicolas Vieillard, in-4), qui doit être du commencement de l'année 1540, et l'Epistre sur le bruit du trespas de Clement Marot (Lyon, Jacques Moderne, 1544, in-8). Si nous rappelons que la Farce de la Cornette est de 1548, nous ne nous tromperons guère en supposant que les autres pièces dramatiques de notre auteur auront été composées entre 1540 et 1550. Les Faictz de Nemo ont été réimprimés dans le Recueil de Poésies françaises, XI, 313-342

Topics: Belles-lettres — Poésie — Poètes français — Poésies anonymes du XVème siècle et de la première moitié du XVIème, Abundance (Jehan d'), Hütten (Ulrich von), Rigaud (Benoist), libraire à Lyon (s. d.), Vieillard (Nicolas), imprimeur à Toulouse (1540)
OAI identifier: oai:bnf.fr:gallica/ark:/12148/btv1b10080030c
Download PDF:
Sorry, we are unable to provide the full text but you may find it at the following location(s):
  • http://gallica.bnf.fr/ark:/121... (external link)
  • http://archivesetmanuscrits.bn... (external link)
  • Suggested articles


    To submit an update or takedown request for this paper, please submit an Update/Correction/Removal Request.