10.4000/etudesromanes.5239

Politiques symboliques dans les camps de concentration et d’extermination nazis

Abstract

Le présent texte analyse brièvement le rôle des dynamiques mémorielles monumentales mises en place dans les camps d’Auschwitz (Primo Levi) et de Buchenwald (Jorge Semprún) dans la préservation ou dans l’effacement de la mémoire des sites ainsi que leur capacité ou, au contraire, leur incapacité à transmettre l’histoire de ces lieux. De l’évitement de la mémoire du génocide juif à la critique actuelle de la mémoire politique imposée par la RDA, il s’agit d’évoquer, de façon chronologique, la récupération lente mais progressive de la mémoire de la Shoah, mais aussi d’autres mémoires de victimes qui n’avaient pas suscité la moindre attention sous les régimes communistes

Similar works

Full text

thumbnail-image

Directory of Open Access Journals

Full text is not available
oai:doaj.org/article:37561ec711a64bfc8a916d07310c457dLast time updated on 6/4/2019

This paper was published in Directory of Open Access Journals.

Having an issue?

Is data on this page outdated, violates copyrights or anything else? Report the problem now and we will take corresponding actions after reviewing your request.