10.4000/laboratoireitalien.438

L’« urna sanza fondo » machiavelliana e l’« origine » della politica

Abstract

Partant de la lecture du chapitre machiavélien Dell’Ambizione proposée par Gennaro Sasso, et plus particulièrement de la thèse du pessimisme anthropologique qui ressort de son étude, l’auteur reprend ce texte de Machiavel afin d’avancer l’hypothèse suivant laquelle la pensée politique du secrétaire florentin n’a pas son origine dans une anthropologie négative mais dans une véritable théorie du désir. Le désir machiavélien, suivant la définition thomiste, se présente comme un mouvement lié à la vie elle-même et n’a pas, de par son statut, de limites à l’intérieur des frontières de la vie. Les idéaux de temperanza et de medietas, encore présents dans la pensée politique des humanistes, laissent la place chez Machiavel à une notion originale d’« intervalle » qui devrait cependant être créé avec le concours du traditionnel patrimoine de sapienza civile

Similar works

Full text

thumbnail-image

Directory of Open Access Journals

Full text is not available
oai:doaj.org/article:429b6ca650b04f798864ef9eb86809a9Last time updated on 6/4/2019

This paper was published in Directory of Open Access Journals.

Having an issue?

Is data on this page outdated, violates copyrights or anything else? Report the problem now and we will take corresponding actions after reviewing your request.