COMPOST SANS FRONTIERES

Abstract

Pierre Rabhi, né dans le Sahara algérien, est paysan d´Ardèche depuis 1960. Cet homme du désert à mis au point, dans l'une des régions les plus déshéritées du sud de la France, une technique efficace d'agriculture biologique dont la base est le compost. Mais audelà de la technique, c'est une nouvelle relation entre l'homme et la terre qu'il propose comme ultime recours contre la dégradation du milieu. C'est aussi un autre langage de vulgarisation agricole plus proche des paysans. Tous les paysans du monde parlent le même langage même s'ils utilisent des langues différentes. Latino-américain des hauts plateaux, Asiatique des plaines rizicoles, Scandinave de la taïga, Africain du Sahel ou Français des Cévennes, ils ont en commun l'expérience directe du langage de la terre. Même si les niveaux de vie sont différents, si les techniques utilisées n'ont souvent rien de commun et si les climats varient à l'infini, rattachées à la même perception de l'univers, toutes les paysanneries peuvent se comprendre. Aussi n'est-ce pas comme «expert» mais comme agriculteur, comme « praticien », que je m'adresse aux paysans, en France aussi bien qu'en Afrique. Je ne leur parle que de ce que j'ai pratiqué moi-même, de mon expérience de près de vingt années d'agriculture organique vivrière. L'agriculture organique est une technique particulière qui consiste à ne pas chercher dans les produits chimiques de synthèse les réponses aux problèmes de fertilité, mais de se référer en premier lieu à la chimie naturelle et subtile qui se joue entre le végétal, le minéral et les éléments gazeux. Mais c'est surtout une démarche. Il ne s'agit pas dans ce domaine de transmettre un savoir, de faire un transfert de technologie, mais d'expliquer cette démarche afin que chacun puisse la transposer, l'adapter à ses propres conditions. Contrairement à ce que l'on pense parfois, l'agriculture organique n'est pas une doctrine, un principe philosophique ou une mode, c'est surtout une méthode efficace. Cette pratique agricole, telle que j'en ai fait l'expérience, prouve que les terres les plus ingrates peuvent être bonifiées. Lorsque je me suis installé dans ce qu'on appelle « le Tiers-Monde français », l'Ardèche, les terres de mon exploitation, de faible profondeur, étaient difficiles à travailler et peu fertiles. Sans utiliser d'engrais chimiques ni de pesticides, par le seul apport d'un humus de haute qualité, ces terres ont retrouvé une structure et sont redevenues fertiles. Issu d'une fermentation aérobie, le compost est un élément dynamique. Il permet de libérer les éléments fertilisants du sol et facilite la pénétration de l'air et de l'eau dans la terre. Le contraire de la « terre brûlée » L'agriculteur qui utilise le compost s'inscrit dans un vaste mouvement de restauration et de maintien de la terre nourricière. C'est le contraire de la pratique de la « terre brûlée » chaque génération s'efforça de laisser à la suivante une terre meilleure que celle qu'elle a reçue. Des Cévennes au Sahel, c'est le même défi à relever, celui de terres dégradées qui doivent retrouver vie. Cette évidence m'a frappé dès mon premier voyage au Burkina Faso. L'agriculture biologique, qui met l'homme en harmonie avec luimême et la nature, permet non seulement la régénération du milieu et des sols mais aussi l'amélioration de la condition des paysans car elle est un facteur d'autonomie. Autonomie à la fois pour les hommes qui ne dépendent plus pour vivre des achats d'intrants et pour les pays qui n'épuisent plus leurs devises à financer les importations d'engrais. Il est donc important que la notion d'agriculture organique fasse son chemin dans les pays du TiersMonde. Or, contrairement à beaucoup d'agriculteurs des pays du Nord, les agriculteurs africains sont encore d'authentiques paysans : ils sont en relation profonde avec les végétaux et les animaux. C'est pourquoi une pédagogie adaptée est nécessaire pour dialoguer avec eux. Il faut entrer dans leur cosmogonie, dans leur organisation mentale de l'univers. L'erreur serait de les aborder en adoptant un langage purement scientifique ou technique. Il faut faire passer le message technique en s'appuyant sur un langage symbolique. Car le paysan d'Afrique ou d'ailleurs associe toujours le visible et l'invisible. Pour lui, l'invisible est presque aussi réel et objectif que le visible. Langage symbolique et exemples concrets Si je veux, par exemple, expliquer aux paysans sahéliens ce qu'est la fermentation aérobie des déchets organiques, je ne parle ni d'oxydation ni de réduction. Je préfère dire qu'il existe deux énergies différentes, l'énergie de la vie, liée à l'air, qui permet d'avoir un bon humus, et l'énergie de la mort, liée à l'asphyxie qui conduit à la putréfaction. Pour faire comprendre que le sol, les végétaux, les animaux et l'homme sont solidaires et qu'ils sont tous nécessaires à la transformation des déchets en compost fertile, j'explique que ces éléments doivent s'appuyer les uns sur les autres comme les poutres d'une case. Pour faire une case ronde et solide, chaque piquet est indispensable. Ce langage symbolique qui s'appuie sur des exemples concrets de la vie est le seul à rendre possible un véritable dialogue avec le monde paysan. Le raisonnement techniciste adopté par la plupart des développeurs néglige trop souvent cette mentalité paysanne universelle. Or, un paysan n'écoute et ne fait confiance qu'à celui qui, comme lui, connaît véritablement la terre et parle le même langage. D'après un entretien avec Pierre Rabhi réalisé par Radio France Internationale. Pierre Rabhi est également l'auteur d'un livre sur son expérience intitulé « Du Sahara aux Cévennes, ou la reconquête d'un songe », aux éditions du Candide, Lavilledieu, 07170 Bayssac, France. Pour entrer en contact avec Pierre Rabhi, lui écrire à Montchamp, 07230 Lablachère, France. Les opinions émises dans cette tribune libre n'engagent que leurs auteurs. Elles ne sauraient être attribuées au CTA.Pierre Rabhi, né dans le Sahara algérien, est paysan d´Ardèche depuis 1960. Cet homme du désert à mis au point, dans l'une des régions les plus déshéritées du sud de la France, une technique efficace d'agriculture biologique dont la base..

Similar works

This paper was published in CGSpace.

Having an issue?

Is data on this page outdated, violates copyrights or anything else? Report the problem now and we will take corresponding actions after reviewing your request.