Location of Repository

Aridification du climat régional et remontée de la limite inférieure du cèdre de l'Atlas (Cedrus atlantica Manetti) aux confins de la plaine de Midelt (Maroc)

By Mustapha Rhanem

Abstract

Le cèdre de l'Atlas (Cedrus atlanticaManetti) est un phanérophyte présentant certaines exigences saisonnières en humidité, ainsi que durant certaines phases de son développement. Largement répandu à l'état spontané au Maroc, il a une grande valeur écologico-floristique, socio-économique et patrimoniale. Longtemps, cette précieuse essence a très bien été adaptée à son environnement méditerranéo-montagnard et n'a posé aucun problème sur le plan sanitaire. Or, depuis le début des années 1980, le cèdre connaît un dépérissement préoccupant, diffus ou concentré, responsable d'un recul de ses peuplements. Le dépérissement atteint des proportions anormalement élevées dans un certain nombre de massifs forestiers de la région de Midelt, dans les Moyen et Haut-Atlas. Les premiers signes se manifestent par l'atteinte d'arbres isolés ou de bouquets couvrant des superficies variées. Le phénomène peut se généraliser, comme dans la forêt d'Aït-Oufella, en bordure sud du Moyen-Atlas central, près de la plaine aride de Midelt, où la mortalité est très élevée dans certains secteurs. Mais, dans la plupart des cas, il se concentre à la limite inférieure de l'aire de répartition de l'espèce.L'examen des précipitations et des températures mesurées de 1957 à 2005 à la station météorologique de Midelt – représentative de l'ambiance semi-aride qui prévaut à la limite inférieure de l'aire de répartition du cèdre sur le versant moulouyen du Moyen-Atlas – permet de formuler l'hypothèse que les dépérissements sont imputables à un déficit des précipitations combiné à une augmentation des températures, en liaison avec plusieurs épisodes de sécheresse au cours de la période 1982-2005.Au cours de ces années, les conditions climatiques ont eu un impact négatif sur la vitalité du cèdre, ce qui a entraîné la mort de nombreux arbres. L'aridification a eu des effets particulièrement sensibles dans les secteurs où les conditions initiales étaient déjà éloignées de l'optimum écologique de l'espèce. La disparition de niches écologiques dans les secteurs les plus bas de l'aire de répartition de l'espèce provoqué une remontée de la limite altitudinale inférieure, de 1800 à 2000 m, le cèdre abandonnant progressivement la place à une chênaie (Quercus ilex L.) à genévrier oxycèdre (Juniperus oxycedrus L.).Pour différentes raisons, toutes liées à l'exposition (ensoleillement, différence d'ambiance entre le matin et le soir, déflation neigeuse par les vents d'ouest), le dépérissement du cèdre est plus accentué sur les versants orientaux des vallons qui descendent du Moyen Atlas vers la plaine de Midelt.<br>The Atlas cedar (Cedrus atlantica Manetti), a phanerophyte, needs some humidity according to seasons as well as certain phases of its development. Very spontaneously widespread in Morocco, it has a great ecological, floristic, socio-economic and heritage value. For a long time, this precious species has been very well adapted to its highland Mediterranean environment and has no sanitary problems. However, since the early 1980s, it is affected by a worrying diffuse or concentrated decay that provokes a recession of its population. The dieback reaches abnormally high proportions in some of the Midelt forested regions, in Middle and High Atlas. The first signs are shown by attacks on isolated trees or clumps of trees covering various areas. This phenomenon can be generalized in Aït-Oufella woodlands, on the southern edge of the central Middle Atlas, near the Midelt arid plain, where mortality is locally very high. But in most cases it is concentrated on the lower limit of the species repartition area.A review of rainfall and temperature measured from 1957 to 2005 at the Midelt meteorological station – that is representative of the semi-arid environment prevailing at the lower limit of the cedar repartition area on the Middle Atlas Moulouya slope – allows to formulate the following hypothesis: failings are caused by rain deficit combined with an increasing of temperatures, in association with several droughts during the 1982-2005 period.During this period, climatic conditions had a negative impact on cedar vitality resulting in the death of numerous trees. The effects of drying are particularly perceptible in the areas where the initial conditions were already far from the species ecological optimum. Disappearance of ecological niches in the lowest sectors of the species repartition area has provoked an ascent of the lower altitudinal limit from 1800 m to 2000 m. The Atlas cedar was gradually replaced by holm oak stands (Quercus ilex L.) with prickly juniper (Juniperus oxycedrus L.).For different reasons, all related to aspect (sunlight, diurnal topoclimatic differences, west wind snow deflation), cedar decline is more important on the east slopes of small valleys flowing from the Middle Atlas down to Midelt plain

Topics: Maroc, cèdre de l'Atlas, dépérissement, écotone, limite inférieure des arbres, aridification, station météorologique, Midelt, Moyen-Atlas, Morocco, Atlas cedar, decay, lower treeline, climate aridity, weather station, Middle Atlas, Geography (General), G1-922, Geography. Anthropology. Recreation, G, DOAJ:Geography, DOAJ:Earth and Environmental Sciences, Physical geography, GB3-5030
Publisher: Physio-Géo
Year: 2011
DOI identifier: 10.4000/physio-geo.1983
OAI identifier: oai:doaj.org/article:5da70d7f25144998a59fa8f7e318952a
Journal:
Download PDF:
Sorry, we are unable to provide the full text but you may find it at the following location(s):
  • https://doaj.org/toc/1958-573X (external link)
  • http://physio-geo.revues.org/1... (external link)
  • https://doaj.org/article/5da70... (external link)
  • Suggested articles


    To submit an update or takedown request for this paper, please submit an Update/Correction/Removal Request.