Cliométrie du chômage et des salaires en France, 1950-2008

Abstract

Résumé – Le but de cet article est de représenter les évolutions macroéconomiques du taux de chômage et des variations de salaires en France sur la période 1950-2008. Sur le plan théorique, l’équation du chômage distingue un facteur chronique caractérisé par l’excès des salaires réels horaires (charges sociales incluses) par rapport aux gains de productivité, un facteur conjoncturel caractérisé par l’écart entre le taux de croissance de la production et sa valeur de long terme, et enfin un facteur structurel incluant les composantes frictionnelle, technologique et volontaire du chômage. L’équation des salaires suppose classiquement que les variations des salaires dépendent des gains de productivité et de l’inflation. Sur le plan empirique, le cadre d’analyse est celui d’une représentation simultanée du chômage et des variations de salaires fondée sur un modèle Espace-Etat estimé suivant la méthodologie du filtre de Kalman, permettant l’introduction de paramètres variables suivant les dates. Conformément à ces hypothèses, le taux de chômage est apparu dépendre de la composante chronique (avec une sensibilité variable suivant les dates), de la composante conjoncturelle (sensibilité fixe) et d’une composante structurelle constante d’environ 4%. Les composantes estimées indiquent que le taux de chômage chronique est pratiquement inexistant jusqu’au début des années 1970, date à laquelle il se développe pour atteindre un maximum de 7.8 % en 1994, pour ensuite diminuer et passer au dessous de 2 % en 2008. La composante conjoncturelle est en accord avec la loi d’Okun qui relie négativement la variation du chômage à celle de l

Similar works

Full text

thumbnail-image
oai:CiteSeerX.psu:10.1.1.921.2700Last time updated on 11/1/2017

This paper was published in CiteSeerX.

Having an issue?

Is data on this page outdated, violates copyrights or anything else? Report the problem now and we will take corresponding actions after reviewing your request.